Le gouvernement espagnol botte en touche une question sur l’affaire Brahim Ghali

© Fournis par Yabiladi

L’affaire Brahim Ghali s’est invitée au point de presse du gouvernement espagnol, de ce mardi 4 mai. Une journaliste a sollicité un commentaire de la ministre des Finances et porte-parole de l’exécutif sur la colère du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, exprimée dans une interview accordée, vendredi 30 avril, à l’agence EFE.

Une requête complètement bottée en touche par María Jesús Montero. En revanche, la ministre socialiste a vanté l’«excellence des relations» entre le Maroc et l’Espagne. Elle a aussi abordé furtivement le prochain sommet entre les deux pays mais sans s’aventurer à annoncer une date de sa tenue, soulignant que la réunion qui était prévu en décembre a été reportée pour «des raisons sanitaires». Le point de presse de ce mardi a connu la présence de la première vice-présidente du gouvernement de coalition de gauche, Maria Calvo, mais elle est restée muette sur cette question.

Dans l’interview accordée à EFE, Nasser Bourita en réponse à une question sur les conséquences de la crise «Ghali à Logroño» sur l’organisation de la prochaine réunion de haut de niveau entre les deux pays, a exigé du gouvernement espagnol de la «clarté». «Il faut d'abord clarifier les choses», a-t-il ajouté. Une manière indirecte de renvoyer la balle dans le camp de Madrid.

Pour rappel, les rencontres prévues les 28 et 29 avril, entre ministres marocains et espagnols ont été annulées.

Le gouvernement espagnol botte en touche une question sur l’affaire Brahim Ghali