Présidentielle au Tchad: l’opposant Saleh Kebzabo dénonce l’interdiction d’un de ses meetings

Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), lors d'une rencontre à Ndjamena le 23 avril 2011. © Gael COGNE / AFP Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), lors d'une rencontre à Ndjamena le 23 avril 2011.

L’opposant tchadien Saleh Kebzabo, qui mène campagne pour le boycott de la présidentielle du 11 avril, a prévu d’organiser un grand meeting sur un terrain vague en face de son domicile à Ndjamena ce vendredi. Le rassemblement a été interdit sur ordre du délégué général du gouvernement auprès de la capitale. Saleh Kebzabo dénonce une violation de ses droits. Il persiste et signe.

Lorsqu’il a écrit au maire de Ndjamena pour lui annoncer l’organisation de ce meeting, l’opposant pensait que ça ne serait qu’une « simple formalité ». Il faut dire que depuis plus d’une semaine, Saleh Kebzabo et les cadres de son parti l’UNDR ont multiplié les meetings et autres réunions publiques à travers le pays, au cours desquels ils appellent au boycott de la présidentielle du 11 avril, sans aucun problème jusqu’ici.

Le président de la Commission électorale, Kodo Mahamat Bam, a d’ailleurs expliqué il y a quelques jours sur RFI que comme tout autre candidat, l’opposant était « libre de mener sa campagne comme il veut ». D’où sa « grande surprise » il y a deux jours en voyant sa lettre au maire de la capitale tchadienne lui revenir avec une annotation disant que son meeting « n’est pas autorisé » sur ordre du délégué général du gouvernement auprès de la ville, au motif qu’il a « retiré sa candidature » de la présidentielle.

Or, la Cour suprême du Tchad n’a pas tenu compte de ce retrait et l’a maintenu contre son gré dans la course à la présidentielle, et son nom et sa photo figurent en bonne place sur le bulletin de vote : c’est le candidat n°3. « C’est un peu cavalier sur le plan de la forme, et ubuesque sur le fond », s’est insurgé Saheh Kebzabo, en estimant que cela traduit la nervosité du régime. Et il assure qu’il va tenir son meeting, quoi qu’il arrive.

Présidentielle au Tchad: l’opposant Saleh Kebzabo dénonce l’interdiction d’un de ses meetings