« Hey, Daech » : les États-Unis ne comptent pas récompenser l’État islamique

Boko Haram © Fournis par Le Point Boko Haram

Les États-Unis refusent de financer les terroristes islamistes, même lorsque ceux-ci combattent un ennemi commun. Le département d'État américain a cru nécessaire de faire cette clarification avec une pointe d'humour, alors qu'un des leaders djihadistes pour lesquels il offre une forte récompense pourrait avoir été abattu par des combattants affiliés à l'État islamique, relève The Guardian.

Abubakar Shekau, leader de Boko Haram, a été grièvement blessé mercredi 19 mai au Nigeria lors d'un affrontement avec des membres du groupe djihadiste rival État islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap). Il aurait tenté de se suicider afin de ne pas être pris vivant et certaines sources ont annoncé sa mort, sans que cela puisse être vérifié puisqu'il a été exfiltré par ses troupes.

À LIRE AUSSIDjihadisme : « L'Afrique est devenue l'épicentre de l'EI »

Une mise au point sarcastique

Or, le programme américain « Reward for Justice » prévoit une récompense de sept millions de dollars pour toute information menant à la localisation ou à la capture d'Abubakar Shekau. Le compte Twitter de l'organisme a annoncé jeudi 20 mai qu'il s'était « fait exploser », ajoutant sur un ton étonnamment décalé « Hey, Daech. Juste pour être clair : non, vous n'êtes pas éligible à la récompense. Ce n'est pas comme ça que le programme fonctionne. »

« Hey, Daech » : les États-Unis ne comptent pas récompenser l’État islamique