Non, l’Amérique ne veut vraiment pas de la Chinafrique

Profitant d'une réunion virtuelle, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a exhorté les Africains à avoir « les yeux grands ouverts ».

© Fournis par Le Point

La confrontation entre la Chine et les États-Unis se déplace ouvertement sur le terrain africain. Preuve en est ce message délivré par le secrétaire d'État américain à de jeunes Africains qui avaient étudié aux États-Unis. Faisant allusion à l'empire du Milieu, Antony Blinken a indiqué espérer que les nations africaines abordent leurs relations avec d'autres pays « avec les yeux grands ouverts ». Le secrétaire d'État s'exprimait lors d'échanges avec le président nigérian Muhammadu Buhari et son homologue kényan Uhuru Kenyatta, organisés virtuellement à cause de la pandémie.

Mise en garde

« Nous ne demandons pas à qui que ce soit de choisir entre les États-Unis ou la Chine, mais je vous encourage à vous poser les questions qui fâchent, à exiger la transparence et à prendre des décisions informées sur ce qui est le meilleur pour vous et vos pays », a-t-il dit. Et de poursuivre : « Demandez-vous lorsque d'autres pays viennent construire un grand projet d'infrastructures, amènent-ils leurs propres travailleurs ou sont-ils en train d'offrir des emplois aux citoyens du pays dans lequel ils font ces investissements ? » Poursuivant sur sa lancée, il s'est inquiété du fait qu'un certain nombre de pays se sont retrouvés avec des dettes insoutenables après avoir contracté des prêts chinois, la Zambie étant devenue la première économie africaine en défaut de paiement durant la crise sanitaire. « Nous croyons en l'Afrique, nous avons confiance dans son potentiel extraordinaire », a assuré le chef de la diplomatie américaine. « Votre succès est notre succès et nous voulons investir dedans, mais de la bonne façon. » Exhortant à la prudence face au poids grandissant de la Chine, il a promis un engagement plus important des États-Unis sur le continent.

Promesses et remerciements

Des propos qui corroborent la promesse de partenariat renforcé avec l'Afrique avancée par le président Joe Biden, qui entend renverser de manière notable la politique de son prédécesseur, Donald Trump, lequel a été le seul président américain à n'avoir pas visité l'Afrique pendant son mandat. Lors de son échange avec le secrétaire d'État américain, le président nigérian Muhammadu Buhari a remercié Joe Biden d'avoir levé les restrictions sur les visas vers les États-Unis pour les ressortissants de son pays. Il s'est aussi engagé à multiplier les partenariats avec les États-Unis dans le domaine de la sécurité, notamment au Sahel.

Non, l’Amérique ne veut vraiment pas de la Chinafrique