OM-Strabourg: l'Europe s'éloigne pour Marseille, qui sauve un point grâce à Benedetto

Benedetto et Lirola © ICON Sport Benedetto et Lirola

En invoquant "l’histoire" du club, Jorge Sampaoli avait concédé cette semaine que Marseille avait un besoin substantiel d’Europe. Pour de multiples raisons, qui vont de l’enjeu financier à ce qui symbolisera – ou non – l’attractivité olympienne lors du prochain mercato. Mais avec leur prestation proposée ce vendredi soir face à Strasbourg (1-1), en ouverture de la 35e journée, ses joueurs ont simplement les meubles in extremis dans leur quête de scène continentale.

Pourtant, l’OM rêvait de poursuivre sur sa lancée en Ligue 1, bien plus emballante depuis l’arrivée du sulfureux argentin sur la Canebière, début mars. Cinq victoires, un nul et une défaite, le bilan des coéquipiers de Dimitri Payet avait le mérite de s’approcher de leur rang supposé en Championnat, sous Sampaoli. Qui avait aligné la même équipe qui s’était imposée à Reims (1-3), à l’exception de Pape Gueye, contraint de débuter la rencontre sur le banc à cause d’une gastro-entérite.

>> Revivez la rencontre minute par minute

Le "Sampa time" n'aura pas suffit

Mais gênée par la défense à cinq mise en place par Thierry Laurey et parfaitement organisée, l’expression offensive marseillaise a été très limitée. Se résumant dans le premier acte à une possession stérile, et une grosse occasion sur corner de Leonardo Balerdi, venu buter sur la bonne sortie de Matz Sels (17e). Maîtrisés, les Olympiens se sont montré frustrés, voire agacés. Longtemps sans réaction non plus en seconde période, donnant par exemple raison à Jérôme Rothen qui doutait déjà de la capacité de Payet à enfiler le costume de meneur d’hommes.

Arkadiusz Milik de la tête (69e) et Florian Thauvin d’une jolie frappe (76e) faisaient frissonner le gardien adverse, alors que Luis Henrique et Gueye venaient à partir de l’heure de jeu apporter un peu plus de percussion à la place d’un duo Rongier-Nagatamo trop transparent. Face à des Alsaciens (15es) qui obtiennent un point important pour le maintien et régulièrement dangereux, Marseille a fini par craquer, sur un corner repris par le capitaine strasbourgeois Stefan Mitrović (0-1, 74e). Mais comme souvent, l'OM a dégainé son nouvel atout, celui du "Sampa time", pour arracher un petit nul dans les dernières minutes grâce au joker Dario Benedetto (1-1, 86e).

La cinquième place, objectif assumé par Jorge Sampaoli, reste toujours en possession de Lens, toujours une unité devant avant de jouer le PSG samedi (17 heures). Elle est actuellement qualificative pour la Ligue Europa Conférence (C4), la petite dernière de l’UEFA, et pourrait grâce à un concours de circonstances propulser en Ligue Europa en fonction des résultats en Coupe de France. Tandis qu’il ne lui reste plus que trois journées pour espérer l’atteindre, Marseille s’en contenterait probablement. Car Rennes, en embuscade, peut même lui chiper le sixième strapontin. Mais d’ici là, l’OM n’aura cette fois pas trop de mal à avouer qu’il croisera les doigts, samedi, en espérant un succès de l’ennemi parisien contre les Lensois.

OM-Strabourg: l'Europe s'éloigne pour Marseille, qui sauve un point grâce à Benedetto