Niger : Mohamed Bazoum prête serment

© Fournis par Journal du Cameroun Le nouveau président du Niger a officiellement été installé, ce vendredi 2 avril à Niamey, dans ses fonctions.Vêtu d'un boubou blanc et d'un bonnet rouge, Mohamed Bazoum a pris le relais de Mahamadou Issoufou. Pour ce jour historique, le Centre de conférences Mahatma Gandhi de Niamey était plein comme un œuf. Selon le nouvel homme fort de Niamey, c'est « un moment inédit à l'occasion duquel une passation du pouvoir à la tête de l'Etat a lieu entre deux civils élus au suffrage démocratique ». Dans son discours d'investiture, le vainqueur du second tour de la présidentielle organisé le 21 février dernier n'a que trop conscience de ce qui l'attend : « Gérer un Etat est un défi. Le faire après une personnalité de cette envergure, c'est un grand défi ». L'analyse du chef de l'Etat est d'autant plus froide que le Niger a des faiblesses. En effet, a expliqué M. Bazoum, « son enclavement est un vrai handicap. Le port le plus proche de Niamey, celui de Cotonou (Bénin), est distant de 1000 kilomètres. Notre pays, plus saharien que sahélien, est de surcroit très vaste. Son climat aride a souffert ces dernières décennies des changements climatiques entraînant des sécheresses sévères et paradoxalement des inondations catastrophiques ». En outre, a noté l'ancien ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, le Niger se trouve de façon conjoncturelle en plein cœur de la zone affectée par l'insécurité sévissant dans l'espace sahélo-saharien. A lire aussi: Niger : qui en veut à Bazoum ? « Riverain du Lac Tchad, il fait face au défi de Boko Haram. Voisin de la Lybie, il est affecté par le crime transnational organisé dont le Sud de ce pays constitue une solide plateforme depuis la chute du colonel Mouammar Kadhafi. Partageant plus de 800 kilomètres de frontière avec la partie septentrionale du Mali, il confronté aux agissements des organisations criminelles et terroristes qui écument cette zone », a détaillé Mohamed Bazoum. Mais aux yeux de celui qui incarne désormais le pouvoir exécutif, « le plus grand défi du Niger réside, depuis son indépendance, dans les faiblesses de son système éducatif ». Partant de là, il a établi un lien entre « le faible taux de scolarité, les échecs scolaires » et « les mariages précoces ». Au Niger, a révélé son président, « 77 % des jeunes filles sont mariées avant 18 ans et 28 % avant 15 ans ». A cela s'ajoute « un taux de fécondité synthétique de sept enfants par femme ». Un record planétaire se traduisant par « un taux de croissance démographique de 3,9 % ». Ce qui fait du Niger « le pays où la population croît le plus vite au monde ». En définitive, ce pays de l'Afrique de l'Ouest est « dans un cercle vicieux » d'après le successeur de Mahamadou Issoufou qui a tiré la sonnette d'alarme : « Plus nous faisons d'enfants, moins nous sommes capables de les éduquer. Moins nous les éduquons, plus ils feront des enfants à leur tour. C'est un facteur, dans notre contexte socioéconomique, de retard de développement et de croissance ». Vent d'espoir Le Niger, « bien que vaste, désertique et enclavé » selon les mots de Mohamed Bazoum, possède des atouts. « L'étendue de son territoire signifie une certaine diversité géologique et un réel potentiel de richesses minérales et énergétiques. Même aride, notre pays regorge en son sous-sol d'un grand potentiel hydrique. Le charbon, l'uranium, le pétrole, le gaz, le soleil sont de précieuses sources d'énergie », a souligné le chef de l'Etat. Dans le même ordre d'idées, il a fait savoir que « la croissance échevelée de notre démographie constitue actuellement un grand défi pour nos ressources budgétaires (mais) elle comporte des avantages sur le plan économique avec une population très jeune et en bonne santé disponible ». Tout compte fait, « la conviction intime » de l'ancien professeur de Philosophie est que son pays « a devant lui un bel avenir » pourvu qu'il apporte les bonnes réponses à ses défis. Dans ce dessein, le nouveau président se fixe prioritairement deux objectifs : « promouvoir la bonne gouvernance et repenser radicalement le système éducatif dans l'optique de faire des actifs démographiques des dividendes économiques ». Puisque le programme électoral sur la base duquel il a été élu « s'inscrit dans la continuité du travail accompli par Issoufou », Bazoum s'est engagé à « en consolider les acquis et en apportant les améliorations nécessaires ». Ce sexagénaire est persuadé que « l'un des plus grands acquis » du Niger est « le raffermissement progressif de son expérience démocratique » dont la prestation de serment de ce 2 avril « représente le meilleur symbole de cette évolution ». Pour autant, a averti le natif de la région de Diffa, « l'organisation de bonnes élections est une condition nécessaire mais nullement suffisante pour la paix et la stabilité d'un pays ». Dans la pratique, a affirmé le cofondateur du Parti nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya), « elle a toujours besoin d'être confortée par une gouvernance susceptible de mettre en valeur toutes les promesses de l'idéal démocratique ». Or, a regretté Mohamed Bazoum, les Nigériens ont « tendance, pour diverses raisons, à s'accommoder des comportements qui s'écartent des normes définies par les lois et règlements ». Reddition des comptes D'un ton ferme, le président de la République du Niger a déclaré que « quiconque a une responsabilité dans l'administration publique, répondra dorénavant tout seul et entièrement de ses actes. Son parti politique, sa base électorale, sa famille et sa communauté ne lui seront d'aucun secours au cas où son comportement devrait commander une mesure coercitive à son encontre ». De plus, l'ex-chef de la diplomatie nigérienne a exigé que « les cadres à tous les échelons de l'administration soient promus sur la base de leur compétence technique et de leur moralité ». Pour une gouvernance plus vertueuse, Bazoum a promis une croisade contre les « pratiques de concussion et de corruption » dans l'administration. « Cette dernière prend diverses formes : pots de vin vulgaires, surfacturations, dépenses inopportunes, commandes fictives, commandes partiellement livrées, etc. De telles pratiques ont cours malgré tous les dispositifs administratifs et juridiques mis en place pour les prévenir et les punir », a relevé l'ancien étudiant de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). A lier aussi: Niger : Mahamadou Issoufou honoré A en croire le président nigérien, « la meilleure façon de lutter contre la corruption est de sévir contre ceux qui s'en rendent coupables ». Ainsi Bazoum compte principalement miser « sur la pédagogie de l'exemple en ne tolérant d'aucune façon l'impunité ». Et ce dernier de jurer : « Je serai implacable contre les délinquants parce que j'ai conscience du tort que la corruption porte au développement du pays ». En fin de compte, pour le chef de l'Etat, « la viabilité et la pérennité du régime démocratique sont tributaires de notre capacité à instaurer une gouvernance éthique conforme au pacte de confiance qui nous lie au peuple ».

Cet article Niger : Mohamed Bazoum prête serment est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Niger : Mohamed Bazoum prête serment