Pakistan: le blocage critiqué des réseaux sociaux après des manifestations anti-françaises

Rassemblement des partisans du parti islamiste Threek-e-Labiak Pakistan, à Lahore le 15 avril 2021. © AP - K.M. Chaudary Rassemblement des partisans du parti islamiste Threek-e-Labiak Pakistan, à Lahore le 15 avril 2021.

Retour à la normale sur les réseaux sociaux au Pakistan. Ce vendredi 16 avril, le gouvernement pakistanais avait ordonné leur blocage pour quelques heures sans donner d’explication. Mais cette décision est intervenue au lendemain de la recommandation faite aux ressortissants et aux entreprises françaises, par l'ambassade de France au Pakistan, de quitter temporairement le pays, en raison des « menaces sérieuses » qui y pèsent sur les intérêts français. 

Avec notre correspondante à Islamabad, Sonia Ghezali

Il était impossible d’accéder aux réseaux sociaux et aux applications de messagerie instantanée entre 11h et 15h ce vendredi au Pakistan. Des horaires qui coïncident avec ceux de la prière de la mi-journée du vendredi, jour saint pour les musulmans et qui rassemble chaque semaine de nombreux fidèles.

Les autorités pakistanaises semblent avoir voulu éviter toute possibilité d’appels à des manifestations. Une mesure critiquée par plusieurs militants de la société civile. Des médias locaux supposent qu’elle a été mise en place en prévision des manifestations du TLP, le Tehreek-e-Labbaik , un parti extrémiste religieux à l’origine de violentes manifestations anti-françaises qui ont secoué le Pakistan durant plusieurs jours.

► À lire également : Manifestations anti-Français: «Le Pakistan ne veut pas apparaître comme un pays qui abrite des partis extrémistes»

Arrestation du chef du TLP et 1 400 personnes interpellées

Le TLP, qui a deux sièges au parlement provincial du Sindh dans le sud du pays, exige le départ de l’ambassadeur de France après que le président Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature après la mort de l’enseignant Samuel Paty en octobre dernier.

Le chef du TLP a été arrêté il y a quatre jours. Plus de 1 400 personnes auraient interpellées. Jeudi, le ministre de l’intérieur pakistanais a fait interdire le Tehrik-e-Labbaik Pakistan. La France, elle, a recommandé à ses ressortissants de quitter temporairement le pays, invoquant des « menaces sérieuses » qui pèsent sur les intérêts français. 

► À lire aussi : Pakistan: Paris conseille à ses ressortissants de partir après des manifestations contre la France

Pakistan: le blocage critiqué des réseaux sociaux après des manifestations anti-françaises