États-Unis: l'attaque du Capitole relance le débat sur sa protection

Les élus américains envisagent un renforcement des effectifs policiers autour du Capitole. © AP - Alex Brandon Les élus américains envisagent un renforcement des effectifs policiers autour du Capitole.

Près de trois mois après l’assaut meurtrier contre le Congrès, le Capitole a été le théâtre d'une nouvelle attaque vendredi 2 avril.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Les drapeaux du Congrès et de la Maison Blanche sont en berne après l'attaque du Capitole qui a tué un policier. Son auteur, un Afro-Américain de 25 ans, a percuté avec sa voiture deux membres des forces de l'ordre avant d'être abattu. Ses motivations sont encore inconnues.

L’attaque relance cependant le débat sur les mesures prises pour protéger le temple de la démocratie américaine. La grille d’acier de deux mètres de haut qui entourait le Congrès sur un large périmètre depuis l'assaut du 6 janvier a été retirée le week-end dernier. Sa mise en place était contestée par un certain nombre d’élus qui souhaitent que le bâtiment reste un lieu accessible au public. Trois sénateurs ont même déposé un projet de loi qui vise à interdire le financement fédéral d’un mur d’enceinte autour du site.

Les élus envisagent désormais la mise en place d’une nouvelle grille rétractable. Les 2 000 membres de la garde nationale déployés autour du Congrès qui devaient quitter la capitale fédérale fin mai pourraient bien prolonger leur séjour. Il est aussi question de renforcer les effectifs policiers.

Début mars, un examen de la sécurité du Capitole a révélé que le complexe était extrêmement vulnérable, notamment parce que l'unité de police du bâtiment était « en sous-effectif, insuffisamment équipée et insuffisamment formée ». 

États-Unis: l'attaque du Capitole relance le débat sur sa protection