France : Najat Vallaud-Belkacem critique l’approche gouvernementale de la laïcité

© Fournis par Yabiladi

La candidate socialiste aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpe et ancienne ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a regretté que la laïcité soit devenue un moyen d’«instrumentalisations permanentes» faisant que certains jeunes finissent par la «considérer comme une ennemie» d’une partie de leur identité. Invitée mardi 20 avril sur France Inter, la responsable d’origine marocaine a réagi ainsi, le jour du coup d’envoi donné pour les «états généraux de la laïcité» par Marlène Schiappa, ministre en charge de la Citoyenneté auprès du ministère de l’Intérieur.

Dans ses déclarations, Najat Vallaud-Belkacem a considéré que la laïcité était «instrumentalisée par l’extrême droite, par la droite, puis aujourd’hui, par ce gouvernement». Les «forces politiques» derrière cette tournure que prend le débat sont de plus en plus nombreuses, selon l’ancienne ministre, qui soutient que cela donne l’impression d’une laïcité «convoquée régulièrement» pour «exclure une religion, et en l’occurrence, l’islam».

«La laïcité est un pilier de notre République, le ciment de notre concorde, de notre paix civile et je pense qu’il faut éviter d’en faire un champ de bataille», a plaidé Vallaud-Belkacem, qui fait par de «beaucoup d’interrogations» sur la démarche du gouvernement actuel, bien qu’elle ait travaillé auparavant sur la question durant son mandat au sein du gouvernement Valls.

La responsable socialiste a rappelé sa démarche auprès des jeunes, à qui elle a souvent expliqué la laïcité comme étant «l’égal respect pour les individus, quelles que soient leurs convictions religieuses ou leur absence de conviction religieuse, et le fait que les services publics doivent traiter ces individus de la même manière sans discrimination».

France : Najat Vallaud-Belkacem critique l’approche gouvernementale de la laïcité