Les déclarations de Monjib sur «la police politique» irritent l’Intérieur

© Fournis par Yabiladi

Les dernières déclarations de Maati Monjib, diffusées par la chaîne France24, irritent le ministère de l’Intérieur. Après avoir bénéficié, le mardi 23 mars, d’une liberté provisoire, l’intellectuel a affirmé que «les accusations» portées contre lui «sont fabriquées par la police politique.»

Ce sont «des allégations tendancieuses», a rétorqué le département Laftite dans un communiqué publié mercredi 24 mars. Les propos tenus par Monjib «portent atteinte aux institutions de l’État» et sont «loin de la réalité et de la nature du travail des institutions nationales, comme “la police politique”, “la sécurité politique” et l’existence “d’une structure secrète menaçant la sécurité des Marocains”», s’indigne la même source.

Le ministère de l’Intérieur a qualifié les déclarations de Monjib d’ «irresponsables qui visent à induire en erreur l’opinion publique nationale et internationale et porter atteinte à l’image du Royaume en matière des droits de l’Homme.»

Il est lieu de signaler que ce n’est pas la première fois que l’historien tient de tels propos. Il a déjà pointé du doigt l’influence de la «police politique» au Maroc, dans une interview accordée en novembre à l’Humanité et Mediapart.

Les déclarations de Monjib sur «la police politique» irritent l’Intérieur