La grande peur du Real Madrid

En phase à élimination directe, Zizou affiche des statistiques impressionnantes. © Fournis par Sports.fr En phase à élimination directe, Zizou affiche des statistiques impressionnantes. Le duel entre Karim Benzema entre Olivier Giroud, les retrouvailles d’Eden Hazard et Thibaut Courtois avec les Blues, la réussite de Thomas Tuchel face à Zinedine Zidane, l’entraîneur allemand affichant une victoire et trois nuls contre le Français : le duel entre le Real Madrid et Chelsea à l’occasion des demi-finales de la Ligue des champions ne manque pas de sel. Un homme pourrait néanmoins voler la vedette aux 22 acteurs et à leurs entraîneurs : Danny Makkelie. L’arbitre néerlandais, qui avait été appelé à la rescousse pour arbitrer le match entre le PSG et Basaksehir après la polémique née des propos racistes tenus par le quatrième arbitre avant que la rencontre soit arrêtée, sera en effet au sifflet, mardi, pour cette première manche entre Merengue et Blues. Et c’est peu dire que le policier de Rotterdam sera particulièrement observé. Conséquence de la tempête provoquée par la tentative de putsch lancée par le Real Madrid, le FC Barcelone ou la Juventus Turin avec l’annonce de la création de la Super Ligue. Les joueurs madrilènes sont inquiets Car si cette Super Ligue s’est finalement effondrée au bout de deux jours, Florentino Perez campe sur ses positions et la guerre fait rage entre le président merengue et l’UEFA. De quoi faire craindre le pire dans le camp madrilène. A en croire l’émission El Chiringuito, certains joueurs du Real n’auraient pas caché leur inquiétude. Le ton est d’ailleurs donné en une de Marca. « Fair play, Ceferin… » affiche le quotidien madrilène, qui ajoute : « Après la polémique avec la Super League, toute l'Europe regardera l'arbitrage de Makkiele » ou « L’arbitre néerlandais entre en jeu dans la guerre Madrid-UEFA.» ?s=20 Interrogé à ce sujet en conférence de presse, Zinedine Zidane avait pris soin de ne pas alimenter la polémique. « Je ne pense quà à ce que l’on va faire mardi sur le terrain. Point. L’arbitre va faire la même chose, a-t-il lancé, contrarié. Je l’ai dit en espagnol, je vais le dire plus clairement en français : l’arbitre va faire son job et nous on va faire notre job sur le terrain. C’est tout ce qui nous importe. Le reste, en fait, on ne va jamais le contrôler. Cela ne sert à rien que je donne mon avis. Comme chacun parle et donne son avis, cela ne va rien changer du tout. Ce qui changera, c’est ce que nous allons faire sur le terrain et de se dire que chacun va faire son travail. Nous, il faut que l’on fasse le nôtre. Le plus important c’est de faire notre travail sur le terrain. Le reste ne nous intéresse pas. Gracias.»

La grande peur du Real Madrid