Inde, Cambodge, Thaïlande, Japon : flambée épidémique en Asie

Dans un crématorium de New Delhi, lundi. © Manish Swarup Dans un crématorium de New Delhi, lundi.

L’épidémie flambe dans certains pays d’Asie. Si la Chine prévoit d’accueillir des spectateurs mardi pour le match d’ouverture du Championnat national de football, certains de ses voisins sont contraints de serrer la vis. L’Inde fait face à une nouvelle vague sans précédent, contraignant les habitants de New Delhi au confinement. De nouvelles restrictions ont été décrétées en fin de semaine dernière au Cambodge et chez son voisin, la Thaïlande, qui enregistrent, selon les autorités, des records de nouveaux cas quotidiens. A moins de cent jours de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, les autorités locales des métropoles de Tokyo et Osaka envisagent un troisième état d’urgence pour endiguer une nouvelle vague épidémique au Japon.

New Delhi baisse le rideau

Depuis le début du mois, une seconde vague dévastatrice frappe l’Inde. Le nombre de nouveaux cas et de morts atteint des niveaux sans précédent : depuis le 15 avril, plus de 200 000 nouveaux cas sont recensés chaque jour. Soit plus de deux fois plus qu’au pic, mi-septembre, d’une première vague contenue. Une double mutation du génome du virus, potentiellement plus dangereux, contribue à expliquer cette flambée de l’épidémie. Depuis plusieurs semaines, une euphorie régnait dans le pays alors que mariages et rassemblements politiques et religieux reprenaient, avec l’aval d’une classe politique optimiste. Mais à partir de ce lundi, les 20 millions d’habitants de la capitale sont de nouveau confinés, restaurants, galeries marchandes et salles de sport fermées. Les autorités de New Delhi, qui enregistre un taux de positivité de 30% selon le Times of India, veulent réduire la pression sur des hôpitaux débordés. «Le système de santé de Delhi est au point de rupture. La situation du Covid-19 est grave, a déclaré le chef du gouvernement local, Arvind Kejriwal. Si nous n’imposons pas maintenant un confinement, nous allons au-devant d’une catastrophe encore plus grande.» Ce lundi, Boris Johnson a annulé son voyage en Inde, prévu fin avril. Et Hongkong a d’ailleurs interdit les vols en provenance de l’Inde, du Pakistan et des Philippines.

Bars, restaurants et salons de massage fermés en Thaïlande

Au cours des dix derniers jours, le nombre total d’infections est passé en Thaïlande de 29 900 à plus de 40 500, selon l’AFP. Le pays enregistre une moyenne sur sept jours de 1 390 nouveaux cas quotidiens, selon les données répertoriées par l’université Johns-Hopkins, contre moins d’une centaine au début du mois. Depuis dimanche, des restrictions ont été imposées. Les ventes d’alcool dans les restaurants et les bars à Bangkok, épicentre de la troisième vague, sont interdites. Bars, restaurants, club de karaoké et salons de massage sont aussi contraints de garder portes closes. Fin mars, le pays, qui enregistrait de faibles contaminations quotidiennes, espérait relancer le tourisme au début de l’été, l’un des moteurs de l’économie nationale et un important pourvoyeur d’emplois, en limitant les quarantaines imposées aux touristes en provenance de certains pays.

Le Cambodge «au bord de la mort», selon le Premier ministre

Le Cambodge fait face à une augmentation du nombre de nouveaux cas, affirment les autorités. Relativement épargné jusqu’ici, bien que l’insuffisance du nombre de tests permette difficilement d’évaluer la présence du virus, un cluster parmi la communauté chinoise expatriée a provoqué une explosion des cas fin février, selon l’AFP. «Nous sommes déjà au bord de la mort. Si nous ne nous unissons pas, nous nous dirigeons vers la vraie mort», a déclaré jeudi dernier l’indéboulonnable Premier ministre, Hun Sen, exhortant la population à respecter le confinement instauré à Phnom Penh. La capitale et la ville voisine Ta Khmau sont strictement confinées depuis mercredi et ce pour deux semaines. Avec interdiction de quitter le domicile, sauf pour se rendre à l’hôpital et acheter des médicaments. Pour faire les courses, seuls deux membres du foyer sont autorisés à sortir.

Le Japon prêt à un troisième état d’urgence dans les métropoles

Au Japon, le nombre de nouveaux cas quotidiens s’envole de nouveau. Dimanche, le pays recensait plus de 4 000 nouveaux cas, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis la fin du mois de janvier, alors que l’épidémie amorçait un ralentissement de la propagation et la fin d’une violente troisième vague. Ce lundi, le gouverneur d’Osaka a demandé au gouvernement central de mettre en place un troisième état d’urgence, rapporte le quotidien The Asahi Shibun. «Nous devrons demander la fermeture de tous les sites, y compris les grands magasins, les parcs d’attractions et les centres commerciaux», a déclaré le gouverneur de la préfecture d’Osaka, Hirofumi Yoshimura. Une demande que s’apprête aussi à formuler la métropole de Tokyo, où les restaurants ont déjà été priés de fermer jeudi, afin d’étendre les restrictions et endiguer une inquiétante quatrième vague. Bien que le nombre de nouveaux cas au Japon reste bien inférieur aux pays européens, l’enjeu est de taille pour l’archipel, qui s’apprête à accueillir les Jeux olympiques, déjà repoussés l’année dernière. La cérémonie d’ouverture est prévue dans moins de cent jours.

AUSSI SUR MSN: Covid-19 : en Inde, les jeunes sont particulièrement affectés par l’épidémie

Inde, Cambodge, Thaïlande, Japon : flambée épidémique en Asie