Objet d’appels au boycott en Chine, les magasins H&M y ont disparu des cartes

Un magasin du géant suédois du prêt-à-porter H&M à Pékin, le 25 mars 2021. © REUTERS - FLORENCE LO Un magasin du géant suédois du prêt-à-porter H&M à Pékin, le 25 mars 2021.

Le boycott des marques ayant pris position contre le travail forcé au Xinjiang continue en Chine. Après avoir disparu des sites d’achat en ligne, les magasins H&M ont disparu des applications de localisation chinoises et les salariés chinois du géant suédois sont également incités à démissionner. La marque a toutefois réaffirmé vouloir continuer à travailler en Chine.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

H&M n’est pas rayée de la carte : quand on connaît l’adresse exacte de l’une des 500 boutiques du géant suédois du prêt-à-porter en Chine, le GPS indique toujours comment s’y rendre. Mais le nom de la marque n’est plus référencé sur les applis de cartographie telles qu’Apple Maps ou Baidu Maps.

Les magasins ne sont plus recensés et les commentaires se déchaînent toujours sur les réseaux sociaux. Des Vloggeurs plus ou moins connus se vengent sur des t-shirts marqués des deux célèbres lettres capitales, H et M, transformées par d’ingénieux graphistes de la télévision d’État en « Huang » & « Miu », soit deux caractères qui signifient en chinois « ridicule ».

  

Le ridicule ne tue pas, mais à Pékin certains sites de ventes étaient loin de connaître l’affluence habituelle des samedis après-midi. Des messages sur WeChat encouragent les salariés à faire preuve de nationalisme en démissionnant, cela au motif que « les entreprises chinoises payeraient mieux et offriraient de meilleures perspectives ».

  

Dans un communiqué jeudi 25 mars, H&M a déclaré vouloir continuer à travailler avec la Chine et à y développer de nouveaux projets.

D’autres marques étrangères, telles que les équipementiers Nike et Adidas, font aussi l’objet d’appels au boycott sur les réseaux sociaux chinois.

 À lire aussi : Ouïghours: Nike rejoint H&M dans la tourmente en Chine

Objet d’appels au boycott en Chine, les magasins H&M y ont disparu des cartes