Inde: un festival religieux draine des foules en pleine deuxième vague de Covid-19

Pèlerins au bord du Gange pour le rassemblement de Kumbh Mela à Haridwar en Inde, le 12 avril 2021 © Xavier GALIANA Pèlerins au bord du Gange pour le rassemblement de Kumbh Mela à Haridwar en Inde, le 12 avril 2021

Le festival religieux hindou Kumbh Mela, qui se déroule depuis janvier dans le nord de l'Inde, a attiré 25 millions de personnes dont 4,6 millions en l'espace de deux jours cette semaine, selon les autorités locales vendredi, en pleine deuxième vague de Covid-19.

L'Inde a enregistré plus de 217.000 nouvelles contaminations au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de nouveaux cas à plus de deux millions depuis le 1er avril.

"Nous avons enregistré environ 2.000 cas positifs depuis lundi lors de tests aléatoires sur les pèlerins de la Kumbh", a déclaré à l'AFP Harbeer Singh, un haut responsable du festival qui se déroule à Haridwar, capitale de l'Etat de l'Uttarakhand.

Des sadhous, célèbres ermites hindous, se baignent dans les eaux du Gange à Haridwar (Inde) le 11 mars 2021 © Prakash SINGH Des sadhous, célèbres ermites hindous, se baignent dans les eaux du Gange à Haridwar (Inde) le 11 mars 2021

"Nous prenons des précautions et exhortons les gens à adopter des comportements de prévention contre le coronavirus", a-t-il ajouté. 

Selon le responsable, les tests ont été intensifiés sur les 600 hectares de la foire. Il a insisté sur le fait que les protocoles du gouvernement, y compris l'exigence de certificats négatifs obligatoires, étaient strictement mis en oeuvre.

Le festival de Kumbh Mela le 11 mars 2021 à Haridwar, Etat de Uttarakhand, en Inde © Prakash SINGH Le festival de Kumbh Mela le 11 mars 2021 à Haridwar, Etat de Uttarakhand, en Inde

Malgré les recommendations officielles, les immenses foules de pèlerins qui vont se laver de leurs péchés dans le Gange, fleuve sacré, semblent ignorer le danger.

En début de semaine, le Mahamandaleshwar Kapil Dev Das, 65 ans, chef de l'un des 13 akhadas, conseils ascétiques hindous, a été admis à l'hôpital en début de semaine où il est décédé jeudi du coronavirus, selon les autorités.

Quelque quatre-vingt sadhous, ascètes hindous considérés comme saints, ont été testés positifs au coronavirus, ont précisé les autorités.

Ce rassemblement gigantesque a depuis longtemps déclenché une levée de boucliers parmi les professionnels de santé, qui estiment que l'événement pourrait propager une "super-épidémie", les pèlerins de retour chez eux risquant de disséminer le virus dans leurs villes et villages à travers l'Inde.

Le festival de Kumbh Mela le 11 mars 2021 à Haridwar, Etat de Uttarakhand, en Inde © Prakash SINGH Le festival de Kumbh Mela le 11 mars 2021 à Haridwar, Etat de Uttarakhand, en Inde

Plus de 25.000 pèlerins continuent à affluer chaque jour dans la ville où sont attendus de 2 à 3 millions de croyants hindous pour leur dernier grand bain à la date du 27 avril, avant la fin du festival.

L'Inde craint que le festival religieux Kumbh Mela à Haridwar, l'un des plus importants au monde qui attire des millions de pèlerins hindous, ne relance l'épidémie de coronavirus dans le pays. © Atish PATEL L'Inde craint que le festival religieux Kumbh Mela à Haridwar, l'un des plus importants au monde qui attire des millions de pèlerins hindous, ne relance l'épidémie de coronavirus dans le pays.

Le gouvernement de l'État d'Uttarakhand a exempté l'événement des restrictions limitant les rassemblements à 200 personnes. 

Le ministre en chef de l'État, Tirath Singh Rawat, avait déclaré début avril qu'aucun fidèle ne serait "inutilement harcelé au nom des restrictions Covid-19".

Inde: un festival religieux draine des foules en pleine deuxième vague de Covid-19