Agacé, Zidane évacue les questions sur la Super Ligue : «L'arbitre va faire son job et nous aussi»

© ZUMA / PANORAMIC

Après la tempête, le calme. Les demi-finales de Ligue des champions auront bien lieu cette année, après avoir été mises entre parenthèses le temps d'une révolte la semaine dernière. Le projet de Super Ligue européenne, initié par douze clubs dont trois qualifiés pour le dernier carré de la C1, a été enterré presque aussi vite qu'il n'a vu le jour. Mais est-il vraiment enterré ? «Pour le moment, personne n’a quitté la Super Ligue. Personne n’a payé la pénalité pour le faire», a appuyé le président du Real Madridet principal instigateur de la cession avec l'UEFA, Florentino Pérez. Le président de l'instance reine du football européen, Aleksander Ceferin, a promis des sanctions -voire une exclusion-contre «ceux qui pensent que la Terre est plate et que la Super Ligue existe toujours». Visant ainsi la Juventus, le Barça et le Real, seuls clubs à ne pas avoir communiqué sur leur retrait du projet de ligue quasi fermée. Interrogé sur le sujet, Zinédine Zidane a fait au mieux pour contenir son agacement ce lundi.

«J'ai déjà répondu. Croire que l'on ne va pas participer à la Ligue des champions l'année prochaine, c'est absurde, a rétorqué Zidane en conférence de presse, à la veille de la demi-finale aller contre Chelsea. On a beaucoup parlé de ce sujet, mais on a un match demain (mardi).» La tension palpable entre le Real et l'UEFA peut-elle jouer un rôle dans le déroulé de la rencontre ? «L'arbitre va faire son job, et nous aussi on va faire le nôtre, prévient l'entraîneur madrilène. On ne pourra jamais contrôler le reste. Que je donne mon avis, ça ne servira à rien. Il faut que l'on fasse notre travail sur le terrain. Le reste, ça nous intéresse pas. [...] On veut voir le Real Madrid en Ligue des champions l'an prochain, c'est mon opinion.»

Bielsa (Leeds) sur la Super Ligue : «Le football appartient aux fans»

Une semaine plus tôt, Zidane, fidèle à Florentino Pérez avec qui la confiance est réciproque depuis des années, avait manipulé la langue de bois: «C’est une question pour une personne : le président. […] J'ai mon avis, mais je ne vais pas vous le donner.» Le défenseur et champion du monde français du Real, Raphaël Varane, ne s'est pas plus mouillé que son entraîneur. «La meilleure manière de régler ces choses, c'est en se parlant, et en faisant en sorte que le monde du football soit uni», a souhaité Varane. Chelsea, adversaire des Merengue ce mardi (21h), avait annoncé se retirer du projet de Super Ligue européenne dans la nuit du 20 au 21 avril et dans la foulée de ses cinq homologues anglais que sont Manchester City, Manchester United, Liverpool, Tottenham et Arsenal.

Agacé, Zidane évacue les questions sur la Super Ligue : «L'arbitre va faire son job et nous aussi»