Le Bénin l’a toujours mauvaise après l'épisode en Sierra Leone

© Fournis par Sofoot

Les choses se compliquent pour les Écureuils du Bénin, depuis que la Commission d’appel de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé que le match contre la Sierra Leone, initialement prévu le 30 mars dernier à Freetown, aura bien lieu, même si la Fédération béninoise de football (FBF) va faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Avec, en jeu, une qualification pour la CAN 2022 au Cameroun.

Petit rappel des faits : les Béninois, tous testés négatifs à la Covid-19 juste avant leur départ pour la Sierra Leone, le 28 mars, avaient subi de nouveaux prélèvements à leur hôtel de Freetown, la veille du match. Les résultats, qui devaient leur être communiqués le matin de la rencontre, ne tombent qu’à leur arrivée au National Stadium. Mais à la sierra-léonaise : plutôt que de fournir des documents officiels (ceux du laboratoire ayant effectué les tests, par exemple), les locaux ne s’embêtent pas et assurent que plusieurs joueurs sont positifs. Cinq noms, ceux de Saturnin Allagbé (Dijon), Khaled Adenon (Avranches), Yohan Roche (Rodez), Steve Mounié (Brest) et Jodel Dossou (Clermont Foot), sont griffonnés sur une feuille blanche, avec injonction de les placer toutes affaires cessantes à l’isolement. Reniflant à plein nez le coup tordu, la délégation béninoise avait refusé.

Le match n’a évidemment pas eu lieu, la Commission d’organisation de la CAN se contentant d’annoncer son report au mois de juin. Dans la nuit qui suit, des policiers déboulent même dans les chambres des cinq joueurs supposés positifs, pour tenter de les mettre en quarantaine, encore une fois sans y parvenir. Les Béninois, ulcérés par les manières de leurs hôtes, décident quelques jours plus tard d’envoyer un dossier à la CAF, avec des arguments a priori solides. « Toute la délégation a fait de nouveaux tests au retour à Cotonou, et en rentrant en France, les cinq joueurs ont été testés. À chaque fois, avec un résultat négatif. Et nous n’avons jamais reçu les documents officiels des tests effectués à Freetown, malgré nos demandes », râle Mathurin de Chacus, le président de la Fédération béninoise de football (FBF). Autre élément à charge contre la magouille évidente de la Sierra Leone, Mounié et Dossou avaient contracté le virus en mars, et ils ne pouvaient pas être de nouveau contaminés aussi rapidement.

Le Bénin l’a toujours mauvaise après l'épisode en Sierra Leone