Portugal : «volé» d'un but et obsédé par un record, Ronaldo mange son pain noir

© AI / Reuters / Panoramic

Deux images qui ont fait le tour du monde. D'abord, celle arrêtée du ballon ayant franchi la ligne. Puis celle en mouvement d'un Cristiano Ronaldo désabusé, jetant son brassard de capitaine en quittant la pelouse de son propre chef, avant le coup de sifflet final du match Serbie-Portugal (2-2). «Vol !», s'écrie le quotidien Record, au lendemain de ce deuxième match des éliminatoires à la Coupe du monde 2022. L'arbitre central, Danny Makkelie, «s'est excusé» auprès de Fernando Santos, comme l'a confié le sélectionneur portugais après la rencontre. Ce mauvais jugement, effectué sans la goal-line technology absente des matches de qualification au Mondial, a privé le Portugal, certes décevant à Belgrade, de trois précieux points. Mais a aussi gardé Ronaldo à distance d'un des derniers records qu'il lui reste à battre : celui du plus grand nombre de buts avec une sélection nationale.

Son nom était sur toutes les lèvres en septembre dernier. D'un doublé dont un magnifique coup franc contre la Suède (0-2), Ronaldo franchissait la barre des 100 buts avec le Portugal. «J'ai réussi à atteindre ce record que je cherchais», se réjouissait fièrement «CR7». Depuis, l'attaquant de la Juventus a fêté ses 36 ans. Mais il n'a plus fêté beaucoup de buts. Sur ses 6 derniers matches en sélection, Ronaldo n'a marqué qu'un seul but. Du jamais-vu pour lui depuis 2012-2013. Frustrant, lui qui n'est qu'à sept buts d'égaler l'Iranien Ali Daei. «Maintenant, le record... c'est pas à pas, modérait Ronaldo au mois de septembre. Ce n'est pas une obsession, car je pense que les records ça surgit de façon naturelle.» Les paroles sont nobles. Les signaux renvoyés sur le terrain ne vont pas forcément dans le même sens.

Le 100e but de Ronaldo avec le Portugal contre la Suède en septembre dernier (0-2)

Un Ronaldo frustré en vaut deux

Encore contre la Serbie, le quintuple Ballon d'Or a eu des manques de lucidité balle au pied, comme sur sa frappe lointaine et imprécise, préférée à un appel dans son dos de Bruno Fernandes. Tout aussi inquiétant que ses coups francs dans le mur ou des loupés techniques indignes de sa stature. Mais il y a peut-être pire : ses coéquipiers semblent parfois, eux aussi, avoir le record de Ronaldo dans un coin de leur tête. Et tout faire pour que «CR7» s'en rapproche, notamment lors d'une victoire au petit trot face à l'Azerbaïdjan (1-0). En 90 minutes et malgré 8 tirs (3 cadrés), Ronaldo est resté muet. Déjà en novembre dernier, en match amical contre l'Andorre (7-0), Ronaldo avait dû attendre la 86e minute et son cinquième tir pour inscrire son 102e (et dernier, pour l'instant) but en sélection.

» LIRE AUSSIRonaldo dépasse le record de but de Pelé qui le félicite

Pour autant, le discours de Cristiano Ronaldo apparaît comme la voie à suivre. Son impatience ne fera que crisper l'environnement de le Seleção, elle dont le potentiel offensif n'a jamais été aussi riche depuis des décennies. L'ailier de Liverpool, Diogo Jota, l'a confirmé d'un doublé en Serbie, avec Bernardo Silva à la baguette. Même un André Silva (25 ans), dans la forme de sa vie à Francfort, doit attendre sur le banc. Ronaldo doit encore marquer huit buts pour s'offrir ce fameux record. Il pourrait le battre lors de la phase de la groupe de l'Euro cet été, où il affrontera la Hongrie, l'Allemagne et... la France. Il pourrait s'en rapprocher dès ce mardi (20h45) sur le terrain du Luxembourg. Et même faire un bond en avant, à condition d'être fidèle à sa métaphore prononcée avant la Coupe du monde 2010 alors qu'il était en plein doute : «Les buts, c'est comme le ketchup. Quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps.»

Portugal : «volé» d'un but et obsédé par un record, Ronaldo mange son pain noir