Lyon : Memphis Depay, la tête ailleurs ?

© Panoramic

La dernière fois que Lyon et Angers s’étaient affrontés dans la capitale des Gaules, les Lyonnais avaient réalisé un véritable festival (6-0). Un feu d’artifice qui portait notamment le sceau de Memphis Depay, double buteur et passeur génial pour Jean Lucas en août 2019. L’époque, qui marquait les débuts en fanfare du court mandat de Sylvinho (il sera remercié début octobre), est désormais révolue. Depuis, l’OL est placé sous les ordres de Rudi Garcia et depuis peu, son capitaine néerlandais affiche un nouveau et une envie à des années lumières de celui entrevu lors de la dernière visite d’Angers au Groupama Stadium.

Après un départ canon (il a inscrit 14 buts cette saison en L1), Memphis Depay marque le pas depuis plusieurs semaines. Ainsi, avant son but, certainement le plus facile de sa carrière, sur la pelouse du Red Star en Coupe de France jeudi (2-2, 5-4 aux t.a.b), l’international hollandais (62 sélections, 23 buts) n’avait plus inscrit le moindre but depuis près de deux mois. «Mon rôle n’a pas changé, c’est de battre pour mon équipe et de créer des occasions», martelait-il trois semaines plus tôt, à la veille de la réception du PSG (2-4). Mais celui qui est aussi un excellent passeur (9 assistscette saison) n’avait été que l’ombre de lui-même, sorti en conséquence avant l’heure de jeu par son entraîneur. 

Signe d’un déclassement ? Plutôt d’un manque de forme pour l’attaquant de 27 ans, qui est de nouveau apparu en grande difficulté contre Lens (1-1) et le Red Star, pourtant pensionnaire de National. Rudi Garcia semble d’ailleurs maintenir sa confiance envers celui qu’il a élu capitaine à son arrivée sur le banc rhodanien, au mois d’octobre 2019. «Il a pris la mesure du rôle de capitaine, s’est satisfait l’ancien entraîneur de la Roma. Son rôle habituel est d’être capitaine et leader attaque, ce qu’il fait admirablement bien depuis longtemps. Mais il a encore des choses à améliorer. Il a besoin que l’on lui fasse confiance, qu’on soit honnête avec lui, même quand on est pas d’accord.»


Galerie: Onze d'Or : les cinq latéraux droit nommés pour l'équipe-type (Onze Mondial)

Lyon : Memphis Depay, la tête ailleurs ?