Coronavirus: la Corée du Nord renonce aux JO, quelques allègements en Europe

Des voyageurs s'entassent sur un ferry à Dhaka, au Bangladesh, pour rentrer chez eux, le 4 avril 2021 © Munir Uz zaman Des voyageurs s'entassent sur un ferry à Dhaka, au Bangladesh, pour rentrer chez eux, le 4 avril 2021

La Corée du Nord a annoncé mardi qu'elle ne participerait pas aux Jeux Olympiques de Tokyo cet été pour "protéger" ses athlètes de toute risque lié à la pandémie de coronavirus qui desserre, un peu, son emprise sur certains pays européens.

Lors d'une réunion, le comité olympique nord-coréen "a décidé de ne pas participer aux 32e Jeux Olympiques afin de protéger les athlètes de la crise sanitaire mondiale causée par le Covid-19", a fait savoir le ministère des Sports du pays asiatique.

Kim Yo Jong (c), la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, serre la main du président sud-coréen Moon Jae-in (de dos) lors de l'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver à Pyeongchang (Corée du Sud), le 9 février 2018 © Martin BUREAU Kim Yo Jong (c), la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, serre la main du président sud-coréen Moon Jae-in (de dos) lors de l'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver à Pyeongchang (Corée du Sud), le 9 février 2018

Cette annonce met un terme aux espoirs de la Corée du Sud d'utiliser les Jeux de 2020, reportés à cet été en raison de la pandémie, pour susciter une relance du processus de discussion entre Pyongyang et Washington, à l'arrêt depuis l'échec d'un sommet Kim-Trump à Hanoï en février 2019.

Musées, collèges et terrasses de café rouvrent lundi au Portugal, plus de deux mois après leur fermeture, deuxième étape d'un plan de déconfinement progressif pour éviter une reprise de l'épidémie de Covid-19 qui a durement frappé le pays en début d'année. © Jerome Pin Musées, collèges et terrasses de café rouvrent lundi au Portugal, plus de deux mois après leur fermeture, deuxième étape d'un plan de déconfinement progressif pour éviter une reprise de l'épidémie de Covid-19 qui a durement frappé le pays en début d'année.

En Europe, on respire un peu mieux dans certains pays en ce début de semaine. Ce mardi, l'Etat régional de la Sarre, dans l'ouest de l'Allemagne, lève des restrictions anti-Covid. Au Danemark, les salons de coiffure et de beauté rouvrent pour les détenteurs d'un "passeport" de vaccination contre la maladie.

Un passeport sanitaire similaire est envisagé par le gouvernement britannique pour les rassemblements de masse en Angleterre, comme les matchs de football et les événements en salle.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, encouragé par l'amélioration de la situation au Royaume-Uni, a confirmé lundi la réouverture le 12 avril en Angleterre des commerces non essentiels comme les coiffeurs, des terrasses des pubs ou des salles de gym.

Pour garder le contrôle sur le virus, le gouvernement compte renforcer le dépistage, avec deux tests par semaine proposés à toute la population. M. Johnson a en revanche refusé de s'engager sur une date pour la reprise des voyages à l'étranger, interdits jusqu'au 17 mai sauf raison essentielle.

Bilan mondial de la pandémie de nouveau coronavirus, au 5 avril à 10h00 GMT © Frédéric BOURGEAIS Bilan mondial de la pandémie de nouveau coronavirus, au 5 avril à 10h00 GMT

- Vaccinodrome au Stade de France -

En ce lundi de Pâques, le Portugal a aussi desserré prudemment la vis: musées, collèges et terrasses de café ont rouvert, plus de deux mois après leur fermeture, deuxième étape d'un plan de déconfinement progressif.

En Grèce, la plupart des commerces ont été autorisés à rouvrir lundi, sauf les grands magasins et centres commerciaux, malgré des chiffres toujours inquiétants. Mais les personnes souhaitant s'y rendre doivent prendre rendez-vous, avec contingentement de clients. Et cette mesure ne s'applique cependant pas aux deux plus grandes villes du pays après Athènes, Thessalonique et Patras, où l'épidémie est particulièrement virulente.

Coronavirus: la Corée du Nord renonce aux JO, quelques allègements en Europe