L'Algérie reçoit une «mystérieuse» quantité de vaccins

Ni le ministre de la santé, ni l'institut Pasteur n'ont donné les quantités qui ont été réceptionnées.

L'Algérie se prépare à la troisième vague de la Covid-19. Les hautes autorités du pays ont tiré la sonnette d'alarme face à une situation sanitaire de plus en plus inquiétante. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a haussé le ton avant d'instruire les membres de l'Exécutif de serrer les vis! Jeudi dernier, les premières «sanctions» sont tombées! 11 wilayas ont de nouveau été mises sous confinement partiel. Il s'agit d'Adrar, Laghouat, Béjaïa, Sétif, Constantine, M'sila, Ouargla, Boumerdès, El Oued, Tipaza et Touggourt. La wilaya de Biskra, elle, a été déconfinée. Le nombre de wilayas sous couvre-feu sanitaire (0h à 4h du matin, le lendemain, Ndlr) est désormais de 19. Cette liste risque, toutefois, de s'allonger dans les prochains jours, au fur et à mesure de la recrudescence de l'épidémie. Cela même si ces nouvelles mesures de confinement partiel ont été pour la première fois, prolongées de 21 jours, alors que depuis le début de la pandémie elles étaient reconduites tous les 15 jours. Néanmoins, les spécialistes s'attendent à ce qu'il y ait de nouvelles modifications d'ici à la fin du mois de Ramadhan, si les choses continuent sur le même rythme. En attendant, le ministère de la Santé veut rattraper le retard enregistré dans la campagne de vaccinations. Après les remontrances du président Tebboune, mardi dernier, lors d'une réunion d'urgence d'évaluation de la pandémie, Abderrahmane Benbouzid a repris les choses en main. Il a fait «pression» sur les partenaires stratégiques de l'Algérie, afin de recevoir de nouvelles livraisons de vaccins anti-coronavirus. Chose qui a été faite dans la soirée de ven-dredi dernier. L'institut Pasteur d'Algérie (IPA) a réceptionné de nouvelles cargaisons des vaccins russe «Spoutnik V» ainsi que du chinois «Sinovac».

«Le vaccin n'est pas la seule protection»

L'IPA a publié les photos de ces «antidotes» sur son site Internet et sa page facebook. Cependant, elle n'a pas donné les quantités qui ont été acquises. Le ministre de la Santé s'est également refusé à révéler la quantité de ce contingent. Benbouzid a préféré ne pas donner plus de précisions sur le nombre qui sera réceptionné, arguant que le monde entier traverse une phase difficile et même les pays producteurs du vaccin enregistrent un manque pour la vaccination de leurs citoyens. Pourquoi un tel secret? Veut-il éviter de fausses polémiques? Quoi qu'il en soit, le ministre s'est engagé à donner un coup de «boost» à la vaccination, tout en avouant que le pays était «otage» des laboratoires pharmaceutiques.

«Depuis le début de la pandémie, nous avons effectué des démarches auprès des pays producteurs du vaccin, tout en établissant des conventions pour l'acquisition de ces vaccins», a-t-il rappelé. «Mieux encore, l'Algérie a même payé des vaccins qu'elle n'a pas encore reçus à ce jour», a-t-il fait savoir, pour expliquer les raisons qui ont ralenti la campagne de vaccination qui a pourtant débuté à la fin du mois de janvier dernier. Auparavant, le même Benbouzid avait également dénoncé les retards du dispositif Covax qui n'a livré l'Algérie qu'après la mise au point du ministre et encore ce sont des quantités minimes par rapport à celles promises.

Les walis appelés à sonner la fin de la récréation...

Des explications convaincantes mais qui ne règlent pas le problème. Tant que le pays connaissait une certaine stabilité de la situation sanitaire, le retard dans la vaccination n'était pas aussi inquiétant que cela, mais aujourd'hui, que la 3e vague est à nos portes, les choses risquent de se corser. On va regretter amèrement tout ce temps perdu. Chose qui ne semble pas inquiéter outre mesure le premier responsable du secteur de la santé. Il a soutenu que le vaccin n'était pas le seul moyen efficace pour se protéger de ce terrible virus. «Les mesures préventives, notamment le port du masque de protection et la distanciation sociale, sont aussi une solution très efficiente», a-t-il insisté, appelant les citoyens à reprendre leurs bonnes habitudes qui leur ont permis de faire face aux deux premières vagues. Les autorités locales ainsi que les services de sécurité sont, eux, appelés à sonner la fin de la récréation. Dans ce sens, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, a appelé les walis de la République à mobiliser tous les moyens pour la mise en oeuvre des mesures anti-Covid-19. Il a appelé au durcissement du «contrôle du respect des mesures préventives et l'intensification des campagnes de sensibilisation à l'application rigoureuse du protocole préventif, en partenariat avec les acteurs du mouvement associatif». Un petit tour de vis pour éviter une grande catastrophe...

L'Algérie reçoit une «mystérieuse» quantité de vaccins