Guardiola avant PSG-Man City : «Je dors bien quand je ne pense pas à la qualité de leurs joueurs»

© Panoramic

Première demi-finale de C1 depuis son arrivée : «On a de la chance de vivre ce moment et d'être là où on est. Mais j'ai rarement été aussi heureux que je ne le suis en ce moment. Je suis très content d'aller à Paris demain avec l'ambition de bien jouer, d'être nous-même et de gagner.»

Passer le cap des quarts : «Passer ce cap ne veut pas dire qu'on ira en finale. Il faut d'abord jouer le match aller et retour des demis. Évidemment, on était soulagés après avoir gagné contre Dortmund. On est déjà qualifiés pour la Ligue des champions l'année prochaine. Mais un match à la fois.»

Le talent côté PSG : «Ils sont tellement bons. J'essaye de bien dormir, et je dors bien quand je ne pense pas à la qualité de leurs joueurs. On va essayer de les arrêter. Évidemment il faut faire des petits changements quand on joue contre des joueurs de ce niveau, mais ça n'aurait pas trop de sens de ne pas jouer notre foot à nous. Imposer un jeu qui n'est pas le nôtre, qu'on n'a jamais fait pendant 5 ans, on ne va pas le faire. On va essayer d'être fidèles à nous-mêmes et obtenir le résultat qu'il nous faut.»

Trouver l'équilibre entre attaque et défense : «Notre meilleur équilibre, c'est conserver le ballon. Si on conserve le ballon, on crée déjà un équilibre en notre faveur. Ils ont beaucoup d'armes. Ils sont habitués à jouer contre des équipes qui évoluent très bas et à trouver les ressources pour contourner la défense, ils peuvent aussi te tuer sur contre-attaque. C'est difficile de se défendre face à une équipe qui a tout. Donc il faut s'imposer. Lyon nous a battus sur des contres et des erreurs en défense (3-1 en quart de finale l'an dernier, ndlr). J'ai appris de mon expérience. Il faut rester fidèle à soi-même pour gagner. Si on pense trop à ce que fait l'adversaire, on est perdus.»

La pression : «Tu ne peux faire qu'une chose, c'est profiter du match. Profiter de la pression, des responsabilités, te rappeler que tu ne revivras peut-être pas ces situations. Les meilleurs joueurs profitent de ces moments. Les gros clubs gagnent ces compétitions car ils les jouent comme un match amical. Et c'est ce que je veux voir mon équipe faire. Même profiter de l'entraînement, des conférences de presse... On sait combien c'est difficile d'arriver ici. Il n'y a aucune raison d'être triste, inquiet, de se demander ce qu'il va se passer si on perd. Si on perd, on perd. Et on réessayera. “Ils sont bons, nous sommes bons aussi, allons-y.” C'est l'état d'esprit des plus grandes équipes et joueurs.»

Neymar : «C'est un bonheur de le regarder. Son talent, sa personnalité... Il a montré ça avec le Brésil, où le numéro 10 n'est pas facile à porter. Je suis sûr que si Neymar était resté au Barça, le Barça aurait gagné 2 ou 3 Ligues des champions de plus. Son trio avec Leo Messi et Luis Suarez, c'était le plus grand trio que je n'ai jamais vu. Mais il a décidé de venir à Paris. Je suis admiratif. Je pense qu'il rend notre foot meilleur, et c'est un plaisir de jouer contre le PSG et lui.»

»  LIRE AUSSI  - Manchester City : Guardiola, l'homme qui a dit non

La comparaison Mbappé-Foden : «Ils jouent à différents postes. Tous deux sont jeunes, d'incroyables talents, aucun doute là-dessus. Chacun aura sa carrière, c'est difficile de les comparer. L'important c'est que je suis sûr que le PSG est content d'avoir Mbappé, et ils ne peuvent imaginer combien nous sommes heureux d'avoir Phil.»

Le parcours pour en arriver là : «Demain, nous commencerons un rêve. Je ne veux pas gagner ou être en finale demain, je veux qu'on soit nous-mêmes. C'est mon souhait, mon rêve pour demain. Après, ce sont les joueurs qui décideront à la fin, pas moi.»

Marquinhos incertain : «Il va jouer. Il ne va pas rater ce match, j'en suis sûr. Et je veux qu'il joue.»

Est-ce la défense ou le contrôle de la balle qui explique le peu de buts encaissés par City : «(en français) Contrôle de la balle. (en anglais) Mon français est super, extraordinaire. (rires) Nous ne sommes pas bons sur les performances défensives. Sans le ballon, nous ne sommes pas nous-mêmes. Demain, malheureusement pour nous, nous devrons davantage courir, car le PSG est tellement fort. Mais nous devrons les faire courir aussi autant que possible.

Propos recueillis en visio-conférence de presse

Guardiola avant PSG-Man City : «Je dors bien quand je ne pense pas à la qualité de leurs joueurs»