Tchad : la junte intransigeante avec la rébellion du Fact

© Fournis par Journal de Kinshasa

La junte tchadienne au pouvoir refuse de négocier avec les rebelles du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (Fact) malgré la médiation de certains pays du G5 Sahel.

Alors que le Tchad vient d'enterrer son président Idriss Itno, décédé le 20 avril dernier des suites de blessures reçues au front, les rebelles du Fact se disent favorables à un cessez-le-feu si un dialogue inclusif est engagé. 

Mais ces appels sont restés vains. Puisque le Conseil militaire de transition (CMT), au pouvoir depuis l'annonce de la mort de l'ancien homme fort de  N'Djamena, a refusé cette proposition. « Devant cette situation mettant en péril le Tchad et la stabilité de toute la sous-région, l'heure n'est ni à la médiation ni à la négociation avec des hors-la-loi  », a martelé le porte-parole du CMT Azem Bermandoa Agouna dans une déclaration à la télévision d'Etat, Télé Tchad.

Le Général Azem profitant de l'occasion a notamment appelé le Niger à une « coopération et une solidarité en vertu des différents accords liant les deux pays frères ».

Cela en vue de faciliter la « capture » et « la mise à disposition à la justice de ces criminels de guerre responsables de la mort de plusieurs dizaines de soldats tchadiens dont le premier d'entre eux le maréchal du Tchad ».

Les rebelles du Fact venus de la Libye ont lancé une offensive contre l'armée tchadienne dans le nord du pays il y a deux semaines. Ils se sont repliés ensuite dans le territoire nigérien, à plus de 600 km de la capitale N'djamena, près de Nguiguimi et Ngourti.

Le général Azem qui qualifiant cette rébellion du Fact « d'une colonne de mercenaires venus de Libye »  affirme qu'elle est désormais en « déroute » après de « violents combats ».

Le Tchad qui assure la présidence du G5 Sahel a appelé les pays membres à une « solidarité de coordination et de mutualisation des efforts en vue de mettre hors d'état de nuire ceux qui ont désormais assassiné le maréchal du Tchad et attenté à la sécurité du pays ainsi qu'à celle de l'ensemble du Sahel. »

Médiation du G5 Sahel Samedi, le Fact s'était dit disposé à un cessez-le-feu suite à une médiation lancée la veille entre les militaires et les rebelles par les présidents du Niger et de la Mauritanie, membres de l'organisation du G5 Sahel (Tchad, Mali, Mauritanie, Niger, Burkina Faso). Le président du Niger, Mohamed Bazoum, avait notamment appelé le chef rebelle Mahadi Ali, selon un conseiller du chef d'Etat.

«Nous avons répondu positivement à la médiation du Niger et de la Mauritanie et avons affirmé notre disponibilité à observer une trêve, un cessez-le feu», avait affirmé à l'AFP samedi soir Mahadi Ali. Cependant, « s'ils veulent faire la guerre, on fera la guerre.

Si on nous attaque, on va répliquer », avait lancé le chef rebelle à l'endroit de la junte militaire.

Depuis l'annonce du décès du maréchal-Président Idriss Déby Itno, son fils Mahamat Idriss Déby, général quatre étoiles à 37 ans et jusqu'alors commandant de la Garde républicaine, dirige le Conseil militaire de transition entouré de quatorze des plus fidèles généraux de son père. Il doit assurer une transition de 18 mois avant l'organisation « d'élections libres et démocratiques ».

Cet article Tchad : la junte intransigeante avec la rébellion du Fact est apparu en premier sur Journaldekinshasa.com.

Tchad : la junte intransigeante avec la rébellion du Fact