Mort du prince Philip : "il méritait de souffrir plus"... Les mots durs d'une journaliste

Mort du prince Philip : "il méritait de souffrir plus"... Les mots durs d'une journaliste © Agence / Bestimage Mort du prince Philip : "il méritait de souffrir plus"... Les mots durs d'une journaliste

Alors que le peuple britannique pleure la mort du prince Philip, une journaliste n'a pas hésité à avoir des mots durs à l'encontre de l'époux défunt de la reine Elizabeth II.

Ce sont des journées difficiles que connaît la famille royale britannique. Ce vendredi 9 avril, le duc d'Édimbourg, l'époux de la reine Elizabeth II, est décédé à l'âge de 99 ans. Un "deuil terrible", a d'ailleurs confié le prince Charles aux médias ce samedi 10 avril. Les premiers détails des funérailles du prince Philip ont été dévoilés. La cérémonie aura lieu le samedi 17 avril, dans la chapelle St-George, au château de Windsor. Pandémie oblige, les funérailles seront organisées en petit comité. Seules 30 personnes, dont majoritairement des membres de la famille royale d'Angleterre, seront conviées. Le cercueil du prince sera transporté du château à la chapelle dans un Land Rover qu'il a lui-même aidé à customiser. Partout dans le monde, des personnes témoignent leur soutien à la reine, qui vient de perdre son mari. Toutefois, d'autres n'hésitent pas à avoir des mots durs contre le défunt. C'est le cas de la journaliste Karen Geier, journaliste pour The Guardian.

Après la publication de l'avis de décès par le palais de Buckingham sur son compte Twitter, le Daily Mail dévoile, dans un article de ce samedi 10 avril, le message de Karen Geier : "Profondément attristée d'apprendre qu'il s'est éteint paisiblement. Il méritait tellement plus (de souffrir)". Bien qu'elle ait provoqué la colère de nombreux internautes, la journaliste basée au Canada, ne s'est pas excusée pour son message et maintient ses propos. Elle n'est pas la seule à avoir eu des mots forts à l'encontre du prince Philip. Laurence Fox, l'acteur qui souhaite devenir maire de Londres, n'a pas mâché ses mots. "Il est si difficile de ne pas mépriser ces personnes et leur haine viscérale de la nation qui leur donne du réconfort pour nous cracher dessus", a-t-il dit.

Chacun ses idées !

De son côté, le Guardian a rapidement pris ses distances avec Karen Geier, qui met en avant sur son site personnel, le travail qu'elle a réalisé avec eux. Un porte-parole du média a d'ailleurs affirmé que la journaliste "ne travaille pas pour le Guardian" précisant qu'elle a seulement rédigé un article pour eux il y'a cinq ans. Le porte-parole a affirmé que les opinions de Karen Geier ne reflétaient pas celles du Guardian.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Mort du prince Philip : "il méritait de souffrir plus"... Les mots durs d'une journaliste