«Les gars essayaient d’envoyer des messages à leur famille» : le récit angoissant des joueurs du Jazz après leur frayeur aérienne

© Panoramic

Les joueurs du Jazz de l’Utah ont probablement eu la peur de leur vie. Alors qu’ils se rendaient à Memphis pour y affronter les Grizzlies dans la nuit de mardi à mercredi, l’avion des joueurs de Salt Lake City est rentré en collision avec une volée d’oiseaux, faisant exploser le réacteur gauche de l’appareil. «Nous en sommes arrivés à un point où nous étions tous dans l’avion en train de nous dire : "Ça pourrait vraiment être la fin". Je veux dire, c’était une situation folle», a témoigné Jordan Clarkson ce mercredi, jour où le match a été reprogrammé (victoire de Utah, 111-107). Si les pilotes sont parvenus à faire atterrir d’urgence l’avion sans qu’aucun blessé n’ait été à déplorer, les esprits des passagers ont été très marqués, notamment celui de Donovan Mitchell, qui a déclaré forfait pour la rencontre contre les Grizzlies. «Je comprends parfaitement pourquoi Donovan n’est pas venu», a compati Jordan Clarkson.

Son coéquipier Mike Conley est revenu plus en détail sur le déroulé des événements : «Pendant 10 ou 15 minutes, je pense que nous nous sommes tous demandé si nous allions être ici aujourd’hui. C’est dire à quel point la situation était grave pour nous. Je ne peux pas parler pour tout le monde, mais je sais que les gars essayaient d’envoyer des messages à leur famille juste au cas où. C’était ce genre de situation», a-t-il révélé. «Personne ne sait ce qu’il se passe. Tout le monde est silencieux. Il a fallu aux pilotes probablement environ dix minutes, pour tout passer en revue, faire leurs vérifications et revenir vers nous pour nous faire savoir ce qui se passait. Parce qu’il était évident que quelque chose n’allait vraiment pas avec l’avion. On avait l’impression que l’avion se brisait en plein vol. Pendant cinq ou dix minutes, nous nous sommes sentis complètement impuissants. Nous sommes heureux que ça n’ait pas été aussi grave que ça aurait pu l’être, mais c’était effrayant». L’ancien joueur de Memphis a également confié que la panique avait commencé à gagner l’équipe lorsque certains joueurs placés à l’arrière ont commencé à apercevoir des flammes. 

Une expérience très forte, qui pourrait même renforcer la cohésion entre les joueurs du Jazz, leader de la conférence Ouest et qui affiche le meilleur bilan de la Ligue (36-11). «C’est juste quelque chose que nous devons surmonter, qui doit nous permettre de nous rassembler, de continuer à avancer. On doit rester forts et se soutenir mutuellement», a notamment analysé Quin Snyder. Rudy Gobert, lui, a fait part de son incompréhension face à la réaction déplacée d'un «fan» sur Twitter. «Pour ça que t'as été nul (contre Memphis)», écrit l'internaute. «Il y a certains êtres humains que je ne comprendrai jamais...», a répondu le joueur français.

«Les gars essayaient d’envoyer des messages à leur famille» : le récit angoissant des joueurs du Jazz après leur frayeur aérienne