Mozambique : la ville de Palma aux mains des jihadistes

La ville de Palma, située dans le nord-est du Mozambique à seulement dix kilomètres du mégaprojet gazier piloté par le groupe français Total, est tombée aux mains des jihadistes samedi 27 mars, à l'issue de trois jours de combats. © France 24 La ville de Palma, située dans le nord-est du Mozambique à seulement dix kilomètres du mégaprojet gazier piloté par le groupe français Total, est tombée aux mains des jihadistes samedi 27 mars, à l'issue de trois jours de combats.

La ville de Palma, dans le nord-est du Mozambique, est tombée samedi aux mains des jihadistes après trois jours de combats. Le groupe était "bien préparé", selon Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des mouvements jihadistes.

La ville de Palma, située dans le nord-est du Mozambique à seulement dix kilomètres du mégaprojet gazier piloté par le groupe français Total, est tombée aux mains des jihadistes à l'issue de trois jours de combats, a-t-on appris samedi 27 mars auprès de sources sécuritaires.

"L'attaque avait démarré mercredi 24 mars", explique Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des mouvements jihadistes. "Une centaine de jihadistes ont commencé à s'attaquer à des villages situés à côté de Palma, puis à l'ouest et au nord de la ville, provoquant une grande confusion chez les militaires, qui les attendaient au sud."

La province musulmane de Cabo Delgado, frontalière de la Tanzanie et riche en gaz naturel, est confrontée à une violente guérilla depuis plus de trois ans. Palma, où des milliers de personnes fuyant ces violences ont trouvé refuge, compte actuellement 75 000 habitants.

Le jour de l'attaque, Total annonçait la reprise des travaux du site d'exploitation gazière, censé être opérationnel en 2024. "Cela montre que ce groupe jihadiste était bien préparé et cherche à capitaliser sur la situation sécuritaire délétère qui existe dans cette zone", analyse Wassim Nasr.

180 personnes bloquées dans un hôtel

L'attaque surprise, mercredi, a fait fuir des centaines de gens terrifiés vers la forêt environnante tandis que des travailleurs liés à la construction du complexe gazier, parmi lesquels des étrangers, se réfugiaient à l'intérieur du site voisin mais aussi dans un hôtel de Palma.

Environ 180 personnes se sont ainsi retrouvées bloquées dans un hôtel pendant près de 48 heures. Elles ont finalement pu être évacuées vendredi mais certaines ont ensuite été tuées dans une embuscade. "Il y a encore beaucoup de confusion sur le sort des personnes qui ont été encerclées dans cet hôtel. Il y a eu plusieurs tentatives de sortie, certaines ont échoué", précise Wassim Nasr.

Mozambique : la ville de Palma aux mains des jihadistes