La reine était au chevet du prince Philip pour son dernier souffle

Selon la presse anglaise, la reine Elizabeth II était au chevet de son époux le prince Philip quand ce dernier est mort «paisiblement» vendredi matin.

© GEORGE ROGERS/SIPA

Nul doute que la scène sera intégrée à une saison prochaine de «The Crown». Vendredi 9 avril, le prince Philip est mort «paisiblement» dans son appartement privé du château de Windsor à l’âge de 99 ans. Bien sûr la Couronne britannique ne dévoilera jamais dans les moindres détails les derniers instants de la vie de celui qui a été l’époux de la reine durant 73 années. Mais la presse anglaise, qui rend hommage ce matin sans exception à l’homme remarquable que fut le prince Philip, est parvenue à glaner quelques indiscrétions de l’entourage royal. Ainsi il apparait que l’état du prince Philip, déjà des plus fragiles après une opération au coeur au début de l’année, s’est aggravé dans la nuit de jeudi. La possibilité d’une nouvelle hospitalisation d’urgence pour tenter de le maintenir en vie encore quelques jours afin que le prince Philip fête son centième anniversaire le 10 juin prochain a rapidement été écarté, explique le «Daily Mail». Selon le «Daily Telegraph», Philip Mountbatten voulait mourir dans son propre lit, la reine à ses côtés. «Il a passé la plupart des quatre semaines où il était à l'hôpital à obtenir le droit de rentrer chez lui. Ils ont opéré son cœur dans le but de lui donner un peu plus de temps, peut-être avec le 100e anniversaire à l'esprit. Mais il ne se souciait pas vraiment de ça. Il voulait surtout ne pas mourir à l’hôpital».

Le prince Charles s'est beaucoup entretenu avec son père ces dernières semaines

Son fils aîné, le prince Charles, a quitté le château de Windsor quelques heures après la nouvelle du décès de son père. Le prince de Galles, 72 ans, était selon une source du «Daily Mail» apaisé par les discussions qu’il avait eues avec son père ces derniers mois. «C’est un petit réconfort aujourd'hui que le prince ait été en contact beaucoup plus régulier avec son père ces dernières semaines et mois qu'il n'aurait pu l'être autrement. Il était le seul membre de la famille à avoir pu lui rendre visite à l'hôpital et il était à Windsor la semaine précédente. Ils ont beaucoup parlé.», a confié une source interrogée par le «Daily Mail». Et si l'organisation des funérailles prévues le 17 avril prochain s'annonce des plus compliquées en raison de la pandémie de Covid-19, la famille proche sera rassemblée - le prince Harry devrait revenir spécialement de Californie pour le dernier adieu à son grand-père.

La reine était au chevet du prince Philip pour son dernier souffle