Quand Ben Gourion insultait les juifs marocains enrôlés dans l’armée israélienne

© Fournis par Yabiladi

Dans un article, l’historien Shay Hazkani lève le voile sur la politique ségrégationniste, bénie par l’establishment de l’armée israélienne durant les années 50, visant les soldats juifs originaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, appelés les «Mizrahis». Détails.

En mai 2015 des dizaines de milliers d’Israéliens d’origine éthiopienne descendaient dans les rues pour dénoncer la discrimination qu’ils disent endurer depuis des années. Ils ont même menacé le pouvoir d’une «Intifada noire». Soixante ans plus tôt, les juifs en provenance de pays arabes et musulmans étaient logés à la même enseigne, subissant toute sorte de mépris et de haine de la part de la classe dirigeante en Israël de l'époque : les Ashkénazes d’Europe.

C’est ce qui a été révélé dans un article paru dans le quotidien Haaretz écrit par Shay Hazkani, historien et enseignant à l’université de New York, sur le statut des soldats Sépharades enrôlés dans les rangs de l'armée israélienne. Même s’ils étaient numériquement plus nombreux que leurs «collègues» Ashkénazes, ils occupaient le bas de l’échelle.

Pour étayer son analyse, l’auteur s’appuie dans un premier temps sur une étude confidentielle confiée en 1951 à un colonel de l’armée Ezra Orson. Hazkani nous apprend qu’après avoir interviewé une dizaine d’experts et visité des sites militaires, le constat d’Orson est sans appel, pointant du doigt une «ségrégation» contre les juifs originaires des pays arabes.

Ben Gourion : «La culture marocaine n’est pas la bienvenue ici»

L’historien assure que cette «ségrégation» n’était pas le fait du hasard ou de comportements isolés de la part de certains hauts gradés mais la conséquence d’une politique tracée par l’establishment. Hazkani cite des extraits d’un discours du Premier ministre David Ben Gourion (14 mai 1948 - 26 janvier 1954).

En avril 1950 et devant des chefs de l’armée, l’homme politique, Ashkénaze d’origine polonaise, n’avait pas hésité à traité les Sépharades de  «canailles». «Les juifs en provenance du Maroc n’ont jamais fréquenté d’école. Leurs traditions sont celles des Arabes (…) Jusqu’à présent je n’ai repéré aucun changement dans leurs comportements et je pense qu’il faut attendre la troisième génération pour voir les premiers signes du changement». Et d’ajouter que «les juifs marocains ont appris beaucoup des Marocains arabes. Je ne crois pas qu’il y a quelques choses à apprendre des juifs marocains arabes. La culture marocaine n’est pas la bienvenue ici».

L’historien Hazkani n’a eu de cesse de remettre en cause les positions des fondateurs d’Israël. Mai 2013, il avait écrit un article accusant encore Ben Gourion d’être l’instigateur des campagnes armées forçant les Palestiniens à quitter leurs terres en 1948. En avril 2015, Haaretz avait même publié un article sur les idées racistes de l’ancien Premier ministre à l’égard des juifs originaires du Moyen-Orient et d’Afrique du nord.

Quand Ben Gourion insultait les juifs marocains enrôlés dans l’armée israélienne