RCA : le gouvernement rejette les accusations ciblant les instructeurs russes

© Fournis par Journal de Bangui
Le média français RFI a publié lundi un document accablant les instructeurs russes opérant en République centrafricaine.
  Le gouvernement centrafricain a remis en cause les récentes révélations faites par le média français RFI attribuant aux instructeurs russes opérant en Centrafrique des « exactions et de graves violations des droits humains ». Le porte-parole du gouvernement centrafricain, Ange Maxime Kazagui, a exprimé, dans un tweet, son étonnement quant à la méthode utilisée par les journalistes français dans leur enquête et a remis en cause le bien-fondé de ces accusations portées contre les instructeurs russes et les forces centrafricaines. « Nous pensons qu'il s'agit d'actions organisées contre notre pays avec un objectif très clair, c'est tout simplement de faire en sorte d'arrêter la progression de nos Forces armées et de nos alliés dans la libération de notre pays. On ne peut pas essayer de nous amener à pas forcés vers l'accusation de nos forces et de nos alliés sans qu'une vraie enquête n'ait été faite », a souligné Kazagui. Lundi, le gouvernement centrafricain a annoncé dans un communiqué qu’il avait reçu de la force onusienne en RCA une liste intitulée « tableau des violations commises par les acteurs étatiques/forces bilatérales décembre 2020 à avril 2021 ». Dans cette liste la Minusca « met gravement en cause les forces nationales et bilatérales à travers des allégations d’exécution arbitraire/extrajudiciaire, tortures, violences sexuelles, traitements cruels, inhumains et dégradants, arrestations et détentions arbitraires, menace à l’intégrité physique, menace de mort », a souligné le gouvernement centrafricain. Les autorités centrafricaines ont, en outre, affirmé qu’elles n’ont, à aucun moment, été informées sur d’éventuelles enquêtes menées en RCA, et sur l’initiateur, les méthodes et encore moins le calendrier. « De plus, le gouvernement n’a jamais été sollicité pour donner son avis sur un éventuel rapport, lui permettant ainsi de se faire une idée de la crédibilité des enquêteurs, de leur démarche, de leur objectivité et bien entendu de la vérité des faits allégués », précise le communiqué. Dans un communiqué similaire lundi, l'ambassadeur de la Russie en Centrafrique, Vladimir Titorenko, a réagi à l'enquête publiée par les journalistes français de RFI en dénonçant de « fausses nouvelles ». « Nous constatons avec regret qu’en publiant cet article un média renommé s’aligne avec des fabricants de fausses nouvelles qui servent les intérêts des malfaiteurs qui complotent pour renverser le gouvernement légitime », a souligné Titorenko. Le diplomate russe a, en outre, souligné dans son communiqué que toute la publication de la RFI concernant les instructeurs russes est fondée sur le « bouche à oreille ». « Aucun des nombreux documents confidentiels n’a été rendu public. La publication n’est pas accompagnée d’audiovisuel. Il est impossible d’identifier les personnes interviewées qui sont mentionnées dans la publication.», a dénoncé le diplomate russe dans le communiqué. Lundi 3 mai, RFI a publié un article intitulé « tableau des violations commises par les acteurs étatiques et forces bilatérales décembre 2020 à avril » qui accable les instructeurs russes qui appuient l’armée centrafricaine dans la reconquête des régions du pays contrôlées par les rebelles. Dans un communiqué publié le 31 mars dernier, le groupe de travail de l'ONU sur l’utilisation de mercenaires avait accusé la Mission des Nations unies pour la stabilité de la Centrafrique (Minusca) de collusion avec les paramilitaires du groupe de sécurité privé russe Wagner, et d’avoir été témoin d’exactions commises par ces derniers.

The post RCA : le gouvernement rejette les accusations ciblant les instructeurs russes appeared first on Journal de Bangui.

RCA : le gouvernement rejette les accusations ciblant les instructeurs russes