Prague demande le soutien de l'UE dans la crise diplomatique qui l'oppose à Moscou

Le ministre des Affaires étrangères tchèque Jan Hamacek le 19 avril 2021 à Prague. © AP - Petr David Josek Le ministre des Affaires étrangères tchèque Jan Hamacek le 19 avril 2021 à Prague.

La République tchèque a demandé le soutien de ses alliés de l’Union européenne et de l’Otan dans la joute diplomatique qui l’oppose cette semaine à la Russie depuis les révélations sur l’implication des services de renseignement russes dans l’explosion meurtrière d’un dépôt de matériel militaire tchèque en 2014. 

Avec notre correspondant à Prague, Alexis Rosenzweig

Bien que la Russie démente toute implication dans cette explosion qui a fait deux morts, les autorités tchèques ont d’abord décidé d’expulser 18 employés de l’ambassade russe à Prague. La réponse de Moscou ne s’est pas fait attendre, mais a surpris par son asymétrie : 20 diplomates tchèques ont dû quitter la Russie en 24 heures, une décision que le vice-Premier ministre tchèque, Jan Hamacek, assure ne pas vouloir laisser sans réponse, quitte à renvoyer du pays l’ensemble du personnel de la représentation diplomatique russe à Prague, l’une des plus importantes en Europe en nombre d’employés.

« Nous allons appeler à une action collective et solidaire de l’Union européenne et de l’Otan visant à expulser des membres identifiés du renseignement russe des pays membres », a indiqué Jan Hamacek, qui a convoqué l’ambassadeur russe mercredi après-midi.

L’affaire de l’explosion de cet entrepôt militaire mise à l’actif d'agents du renseignement envoyés par Moscou marque un nouvel épisode dans l’histoire mouvementée des relations tchéco-russes.

De son côté, la mairie de la capitale tchèque réclame le retour d’une parcelle du parc que l’ambassade russe a annexé en 1968, pendant l’écrasement du Printemps de Prague par les troupes soviétiques. Le trentième anniversaire du départ de ces troupes, en 1991, sera célébré par les Tchèques dans moins de deux mois et dans un contexte très particulier.

Prague demande le soutien de l'UE dans la crise diplomatique qui l'oppose à Moscou