La production de "trains du peuple" sur les bons rails en Afrique du Sud

Dans l'énorme usine Gibela installée sur d'anciens champs de maïs dans la petite ville de Nigel, à 50km à l'est de Johannesburg, des ouvrier noirs pour la plupart s'activent à fabriquer de toutes pièces les "trains du peuple".

© Themba Hadebe/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.

En Afrique du Sud, dans des bâtiments modernes et flambants neufs, sont fabriqués les "trains du peuple" comme on les appelle dans ce pays. Baptisée Gibela, une usine située dans la ville de Nigel, à une cinquantaine de kilomètres de Johannesburg, s’est fixée la livraison de 3 600 autocars ou 600 trains d’ici dix ans. Après quelques problèmes au démarrage, la production semble vraiment bien sur les rails.

"En trois ans, nous avons produit 25 trains avec des personnes qui n’avaient jamais pratiqué cette activité. La plupart de nos gars et employés n'avaient jamais rien fait de tel. Et ils l’ont fait en seulement trois ans, alors je suis vraiment fier de pouvoir dire que cette usine a construit autant de trains en si peu de temps", dit Hector Danisa, le PDG de Gibela.

Depuis 2018, l'usine a produit plus de 50 trains. Seize ont été expédiés au Cap et à Durban, les autres sont gardés à l’abri dans un immense entrepôt de Pretoria. Mais pour Gibela, construire des trains n’est pas le seul objectif.

"Il s'agit de créer un nouveau réseau de fournisseurs, ce qui permettra de revitaliser l'industrie ferroviaire, au moins autour de ce tout nouveau projet d’une certaine manière. C'est de cela qu'il s'agit. Il ne s’agit pas que des trains, mais également de mettre en place une bonne base qui pourra soutenir l’industrie ferroviaire sur le long terme", explique Bernard Peille, directeur général d'Alstom Afrique du Sud.

La production de "trains du peuple" sur les bons rails en Afrique du Sud