États-Unis: Joe Biden demande au Sénat de voter la loi «George Floyd»

Des policiers dans la rue à New York après le verdict dans le procès de Derek Chauvin, reconnu coupable de la mort de George Floyd, le 20 avril 2021. © REUTERS - EDUARDO MUNOZ Des policiers dans la rue à New York après le verdict dans le procès de Derek Chauvin, reconnu coupable de la mort de George Floyd, le 20 avril 2021.

La loi «George Floyd», qui prévoit une réforme en profondeur la police américaine, a déjà été adoptée par la Chambre des représentants l’été dernier. Reste le Sénat. Si une telle loi était votée, elle aurait des répercussions importantes à travers le pays, mais ce n'est pas gagné. 

 

Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

La « loi George Floyd sur la justice dans la police » était la première réponse des démocrates aux manifestations qui avaient suivi la mort du quadragénaire tué par Derek Chauvin à Minneapolis. Le texte prévoit de faciliter les poursuites judiciaires à l’encontre des policiers violents, d’améliorer le traitement des prisonniers et de priver les policiers de l’équipement de type militaire dont ils assurent avoir besoin pour garantir leur sécurité.

À écouter aussi : USA: après George Floyd, une autre police est-elle possible?

Ce mardi, Joe Biden et Kamala Harris ont enjoint les sénateurs à voter cette loi qui n’a toujours pas été examinée par la chambre haute. Et pour cause : il faudrait que dix sénateurs républicains se rallient aux démocrates afin que le texte soit adopté. Or les républicains refusent de briser la forme d’immunité dont bénéficient actuellement les forces de l’ordre.

En fait, les initiatives locales ont plus de chance d’aboutir pour réformer la police. L’enquête lancée ce mercredi par le ministère de la Justice sur la police de Minneapolis pourrait par exemple déboucher sur des poursuites fédérales qui imposeraient des changements. Plusieurs villes et plusieurs États ont déjà amorcé des réformes du fonctionnement de leur police.

États-Unis: Joe Biden demande au Sénat de voter la loi «George Floyd»