Les Tétouanais fortement attachés aux habits traditionnels !

Par Sanae EL OUAHABI – MAPLe mois sacré de Ramadan constitue une occasion particulière pour les Tétouanais de renouer avec les coutumes et les traditions, aussi bien sur le plan culinaire que vestimentaire.Outre la préparation des gourmandises et des mets incontournables pour l’occasion, comme la « Chebakia », le « Sefouf », les « Briouates », « Makrout aux dattes », les « cigares au riz et miel » et la fameuse « M’jebna », qui ornent la table en ce mois, les Tétouanais

© Présenté par

Par Sanae EL OUAHABI – MAP

Le mois sacré de Ramadan constitue une occasion particulière pour les Tétouanais de renouer avec les coutumes et les traditions, aussi bien sur le plan culinaire que vestimentaire.

Outre la préparation des gourmandises et des mets incontournables pour l’occasion, comme la « Chebakia », le « Sefouf », les « Briouates », « Makrout aux dattes », les « cigares au riz et miel » et la fameuse « M’jebna », qui ornent la table en ce mois, les Tétouanais affichent un engouement particulier pour les habits traditionnels qui riment parfaitement avec les aspects religieux propres au mois sacré de Ramadan.

Cet intérêt manifeste pour les tenues traditionnelles affiché par les habitants de Tétouan et des villes avoisinantes, fait le bonheur des stylistes, tailleurs et des vendeurs de tissus et de produits finis, ainsi que d’autres intervenants dans cette chaîne de production, qui peinent à se relever de la crise provoquée par la pandémie de la Covid-19.

Une demande à laquelle les couturiers et les designers tétouanais répondent efficacement, en faisant appel à leurs talents, ainsi qu’à leur ingéniosité et créativité, le but étant de satisfaire une clientèle exigeante et avisée.

Pour Najat Ben Sliman, créatrice de mode haute couture, le mois sacré de Ramadan est une occasion propice pour revisiter les traditions vestimentaires et resserrer les liens sociaux et familiaux. Les Tétouanais accordent un intérêt tout particulier à l’habillement traditionnel, dans le cadre de la célébration de ce mois béni, en préparant Djellabas, Caftans, Jabadours et autres tenues pour tous les membres de la famille sans exception, a-t-elle noté.

Dans sa nouvelle collection Printemps-été, qui coïncide cette année avec le mois de Ramadan, Mme Ben Sliman a opté pour des couleurs vives et fraiches et un large choix de tissus de haute qualité, fluides et souples au toucher, avec des tendances alliant tradition et modernité, pour satisfaire tous les goûts et tous les âges.

« J’ai essayé d’apporter une légère touche de modernité aux habits traditionnels, en vue d’appâter les clientes qui sont en quête de tenues traditionnelles élégantes et respectueuses, tout en étant tendance », a confié à la MAP cette designer au talent avéré, notant qu’elle a choisi de travailler sur une palette riche et joyeuse de couleurs vibrantes et des coupes stylées, pour des looks rafraîchissants et pleins de douceur, soufflant un vent d’enthousiasme et d’optimisme en ces temps difficiles de pandémie.

« Il y a une affluence soutenue de femmes qui veulent s’offrir des habits traditionnels pour accueillir le mois de Ramadan comme il se doit. Cela fait partie de nos traditions », a-elle dit, notant qu’elle propose à ses clientes, issues notamment de Tétouan, Martil, Fnideq, Tanger, Larache et Rabat, des modèles de djellabas en crêpe de soie, Mlifa, laine et en daim, vu qu’il fait toujours froid, ainsi que des tenues confectionnées avec des tissus légers et des tendances modernes, en vue d’encourager les petites filles, qui aiment être à la mode, à porter des vêtements traditionnels.

« Les habits traditionnels exposés par Mme Ben Sliman sont soigneusement confectionnés avec une touche raffinée, élégante et fraîche », a dit Nissrine, une cliente habituée de la boutique, ajoutant « j’ai auparavant acheté une djellaba du magasin, qui m’a beaucoup plu, c’est pour cela que je suis revenue pour choisir un modèle de la nouvelle collection pour Ramadan ».

Pour sa part, Moustapha Al Hadar, tailleur de vêtements traditionnels pour hommes et femmes à Fnideq, a affirmé que les demandes sur les Djellabas, Jabadors et Gandouras ont augmenté ces derniers jours à l’occasion du mois de Ramadan, notant que l’intérêt pour les habits traditionnels prend de l’ampleur généralement pendant les fêtes religieuses.

« Les Tétouanais, hommes et femmes, restent toujours très attachés aux tenues traditionnelles, car elles représentent, selon eux, la meilleure façon de s’habiller de manière respectable, et reflètent la diversité culturelle et artistique du pays », a-t-il insisté, affirmant que « les clients ont l’embarras du choix et les prix sont abordables ».

En dépit des effets négatifs liés à la pandémie de la Covid-19, les Tétouanais veillent à accueillir dans la tradition le mois sacré de Ramadan, dans une ambiance familiale empreinte de joie, de convivialité et d’optimisme.

Les Tétouanais fortement attachés aux habits traditionnels !