La conjoncture et l’enjeu

Le Sahara marocain à l’ONUBelkassem Amenzou«Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps». Cette citation de SM le Roi Mohammed VI, dans son discours à la nation à l’occasion du 39e anniversaire de la Marche Verte, restera une référence dans le traitement du dossier relatif au conflit artificiel autour du Sahara marocain.C’est la base de l’exclusivité del’ONU en tant que cadre pour trouver une solution politique à la

© Présenté par

Le Sahara marocain à l’ONU

Belkassem Amenzou

«Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps». Cette citation de SM le Roi Mohammed VI, dans son discours à la nation à l’occasion du 39e anniversaire de la Marche Verte, restera une référence dans le traitement du dossier relatif au conflit artificiel autour du Sahara marocain.

C’est la base de l’exclusivité del’ONU en tant que cadre pour trouver une solution politique à la question duSahara marocain. Et sur cette base que se réunira le Conseil de sécurité del’ONU, au cours de cette semaine, pour des consultations, par visioconférence,sur ce dossier.

La réunion de cette année intervientdans une conjoncture marquée par la reconnaissance américaine de la marocanitédu Sahara qui contribuera au règlement du conflit artificiel, et la dynamiqueque connaissent les provinces du sud, notamment les villes de Laâyoune et deDakhla, avec l’ouverture de représentations diplomatiques et consulaires deplusieurs pays.

De même, la réunion de cette annéeintervient après l’affirmation du ministre des Affaires étrangères, de laCoopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita,faisant savoir que «le règlement du conflit autour du Sahara marocain restetributaire d’un dialogue entre les deux véritables parties qui sont le Maroc etl’Algérie».

De même encore, la réunion du Conseilde sécurité de l’ONU intervient après le refus par l’Algérie et le polisariodes candidats proposés par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, auposte d’émissaire onusien au Sahara, vacant depuis mai 2019, suite à ladémission de l’Allemand Horst Kohler pour des raisons de santé, à savoir le Roumain,Petre Roman et le Portugais Luis Amado. Sur le terrain, cette réunionintervient après les manœuvres suicidaires des séparatistes du polisario etleurs violations du cessez-le feu dans la région.

Ces manœuvres du polisario, proclaméesde guerre mais uniquement dans les médias, pour manipuler l’opinion publiquedans les camps de Tindouf, entravent la mission des casques bleus de la Minursoà l’est du mur de la ceinture de sécurité. Ce qui a poussé le Maroc, quicoopère avec ladite mission onusienne, à procéder à la sécurisation, le 13novembre 2020, du passage frontalier d’El Guerguerate. C’est dans ce contexteque le conseil de sécurité de l’ONU, dont la présidence tournante est assuréedurant ce mois d’avril par le Vietnam, examinera le dossier de ce conflitartificiel sur le Sahara marocain.

En octobre de l’année 2020, leConseil de sécurité des Nations unies a reconduit d’un an le mandat de laMinurso. La résolution 2548 votée par l’ONU en octobre félicite le Maroc pourses efforts sérieux et crédibles et valide l’initiative d’autonomie proposéepar le Royaume depuis avril 2007. Ces éléments et bien d’autres seraient aumenu des entretiens de la diplomatie marocaine avec de nombreuses capitales.

Mercredi dernier, le règlement de laquestion du Sahara marocain a été au centre d’un entretien, à Moscou, entre levice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, SergeyVershinin et l’ambassadeur du Maroc, Lotfi Bouchaara. Le jeudi 15 avril, le chefde la diplomatie marocaine, s’est entretenu en visioconférence avec sonhomologue égyptien, Sameh Chokri. Le vendredi 16 avril, le ministre marocaindes Affaires étrangères, Nasser Bourita, s’est entretenu avec son homologuevietnamien, Bui Thanh Son.

Le même jour, Nasser Bourita, s’estentretenu en visioconférence avec le ministre italien des Affaires Etrangèreset de la Coopération Internationale, Luigi Di Maio. Autant dire que ladiplomatie marocaine est à l’œuvre en vue de faire valoir la positionmarocaine. Et grâce à la visionstratégique de SM le Roi Mohammed VI, le dossier du Sahara connait des progrèsévidents, faisant des provinces du Sud un moteur de développement régional etcontinental.

La conjoncture et l’enjeu