Grève de centaines de livreurs Deliveroo à travers le Royaume-Uni contre la précarité

Des livreurs de Deliveroo manifestent devant le siège de la société pour exiger de meilleures conditions de travail, à Londres, en Grande-Bretagne, le 7 avril 2021. © REUTERS - TOBY MELVILLE Des livreurs de Deliveroo manifestent devant le siège de la société pour exiger de meilleures conditions de travail, à Londres, en Grande-Bretagne, le 7 avril 2021.

Après une introduction en Bourse extrêmement décevante la semaine dernière, Deliveroo a finalisé mercredi 7 avril le processus en ouvrant son titre aux petits investisseurs. Mais la plateforme de livraison alimentaire fait face à la colère des syndicats qui critiquent la précarité induite par son modèle d’activité. La journée a été ainsi marquée par la grève de quelques centaines de livreurs Deliveroo à travers le Royaume-Uni.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Ils avaient beau être peu nombreux, les livreurs Deliveroo en grève ont bien marqué leur mécontentement devant le London Stock Exchange. Parmi eux, Jake 21 ans qui sillonne à vélo les rues de la capitale depuis 3 ans et qui est inquiet de voir ses conditions de travail se détériorer d’année en année : « Il y a évidemment des bonnes journées, mais il y en a aussi des mauvaises et ça ne suffit pas à m’assurer un salaire minimum. Je me demande toujours si je vais pouvoir joindre les deux bouts. »

À ses côtés, Merlin, membre du syndicat des travailleurs indépendants britanniques, renchérit alors que certains livreurs touchent parfois moins de 3 euros par heure. « Nous n’avons pas de salaire minimum, pas de congés payés, pas d’indemnité maladie, déplore-t-il. Deliveroo gagne beaucoup d’argent grâce à nous et nous demandons de meilleures compensations, une meilleure reconnaissance de notre travail… »

► À lire aussi : Livreurs Deliveroo: rébellion sur deux roues

L’une des pires introductions boursières

Le syndicaliste rappelle que la plateforme a fait l’une des pires introductions boursières jamais vues à Londres, boudée par plusieurs poids lourds de la finance : « Beaucoup d’investisseurs ont fait savoir qu’ils ne souhaitaient pas investir dans Deliveroo à cause de ses pratiques sociales et j’espère que ça va clairement pousser la plateforme à nous écouter et évoluer. »

Les livreurs espèrent d’ailleurs que Deliveroo finira par suivre l’exemple de Uber, le géant américain de réservation de voitures qui a été obligé de reconnaître au Royaume-Uni le statut de travailleurs salariés à ses chauffeurs après une décision de la Cour suprême britannique.

► À lire aussi : La plateforme Deliveroo entre en Bourse à Londres

Grève de centaines de livreurs Deliveroo à travers le Royaume-Uni contre la précarité