En Afghanistan, une nouvelle ère semée de risques pour l'armée américaine

(ARCHIVES) Photo d'archives de soldats américains attendant d'embarquer à bord d'un avion militaire lors du retrait des forces de la coalition du camp Bastion-Leatherneck dans la province d'Helmand le 27 octobre 2014 © Wakil KOHSAR (ARCHIVES) Photo d'archives de soldats américains attendant d'embarquer à bord d'un avion militaire lors du retrait des forces de la coalition du camp Bastion-Leatherneck dans la province d'Helmand le 27 octobre 2014

La décision de Joe Biden de retirer les troupes étrangères d'Afghanistan ouvre une nouvelle ère semée de risques pour l'armée américaine et les Etats-Unis. Quels sont ces risques, et comment l'administration espère-t-elle les atténuer?

- Un retrait synonyme de vide sécuritaire en Afghanistan ? 

Officiellement, le Pentagone soutient la décision du président américain de mettre un terme à la "plus longue guerre de l'Amérique", mais de nombreux hauts gradés américains faisaient connaître leurs réticences depuis des mois.

Le général Kenneth McKenzie, chef du commandement central américain, indiquait encore récemment à l'AFP avoir "des raisons de penser" qu'un retrait permettra la résurgence des groupes jihadistes en Afghanistan, avec le risque d'un effondrement du gouvernement afghan.

Le directeur de la CIA William Burns a reconnu mercredi que "lorsque les militaires américains se retireront, la capacité du gouvernement de collecter des informations et de contrer les menaces va diminuer". 

Mais il a promis que la CIA maintiendrait des "capacités" en Afghanistan. "Certaines y resteront, d'autres seront créées", a-t-il ajouté.

Le général à la retraite David Petraeus, qui a opéré à la fois en Irak et en Afghanistan, a vertement critiqué la décision de M. Biden. "Mettre fin à l'engagement des Etats-Unis dans une guerre sans fin ne met pas fin à la guerre sans fin. Cela met juste fin à notre engagement", a-t-il dit. 

"Je crains que cette guerre ne s'aggrave", a-t-il ajouté.

- Etait-il dangereux d'annoncer une date limite ? 

Les militaires redoutaient l'annonce d'une date limite pour le départ des derniers soldats étrangers, y voyant un danger pour les troupes au sol, que les talibans, enhardis par ce qu'ils perçoivent comme une victoire sur la première armée du monde, pourraient être tentés d'attaquer.

Joe Biden a d'ailleurs mis en garde les talibans contre toute velléité de ce genre, et l'Otan a prévenu dans un communiqué que "toute attaque des talibans contre les troupes des alliés durant le retrait fera face à une réponse énergique".


Vidéo: Guerre en Afghanistan : retrait définitif des troupes américaines le 1er mai (France 24)

En Afghanistan, une nouvelle ère semée de risques pour l'armée américaine