Licenciés et poursuivis en justice, des ouvriers marocains obtiennent gain de cause en Italie

© Fournis par Yabiladi

Huit ouvriers marocains, soutenu par un syndicat italien, ont obtenu gain de cause, cette semaine, après avoir été licenciés par leur employeur et accusés de violences. Le verdict prononcé par le tribunal d'Alexandrie intervient près de 9 ans après les faits, écrit le média italien Alessandria Oggi.                      

Cette bataille juridique a commencé à l'été 2012. Les ouvriers marocains, sans salaires depuis des semaines, ont dénoncé cette situation. Les Lazzaro, famille qui les employaient, place alors une pancarte appelant les ouvriers marocains à quitter les lieux et annonçant qu’ils ne travaillent plus pour la ferme. Ils seront remplacés par des ouvriers indiens. Un licenciement jugé abusif, discriminatoire et raciste qui poussera les travailleurs de ladite ferme à protester, ce à quoi l’employeur et sa famille répondent par une plainte pour «violences» et «tentative d'occupation de l'entreprise».

La famille Lazzaro avait d'abord intenté une action civile avant d’ouvrir une procédure distincte contre une trentaine de personnes, dont les ouvriers marocains et des syndicalistes, demandant même une indemnité de 1,5 million d’euros pour des dommages présumés. 

Il y a trois ans, l’entreprise et ses dirigeants ont été condamnés pour licenciement abusif et mauvais traitements. Deux membres de la famille Lazzaro ont été condamnés à 1 an et 7 mois de prison, tandis qu’une employée de la société a écopé de 1 an et 3 mois de prison avec sursis. L'entreprise doit également payer environ 400 000 euros d'arriérés de salaire aux ouvriers marocains, qui ont été officiellement innocentés des accusations portées à leur encontre par leur ex-employeur.

Licenciés et poursuivis en justice, des ouvriers marocains obtiennent gain de cause en Italie