DLM menacé de disparition !

MétallurgieKaoutar KhennachA l’image deStroc Industrie et Buzzichelli Maroc, un autre fleuron de l’industriemétallurgique au Maroc est menacé de disparition, DLM a fini par connaître lemême sort et est désormais en redressement judiciaire.Le tribunal de commerce deCasablanca a finalement placé Delattre Levivier Maroc (DLM) en redressementjudiciaire en lieu et place de la procédure de sauvegarde. En effet, malgré l’obtention à la fin 2019, del’ouverture d’une procédure de

© Présenté par

Métallurgie

Kaoutar Khennach

A l’image deStroc Industrie et Buzzichelli Maroc, un autre fleuron de l’industriemétallurgique au Maroc est menacé de disparition, DLM a fini par connaître lemême sort et est désormais en redressement judiciaire.

Le tribunal de commerce deCasablanca a finalement placé Delattre Levivier Maroc (DLM) en redressementjudiciaire en lieu et place de la procédure de sauvegarde. En effet, malgré l’obtention à la fin 2019, del’ouverture d’une procédure de sauvegarde, DLM n’a pas pu sortir du rouge àcause de la crise de la Covid-19.En effet, plusieurs clients de DLM ont fermé certains chantiers après ledéclenchement de la crise avec un fort ralentissement d’activité en 2020.

D’ailleurs, la société cotée à labourse de Casablanca avait réalisé un chiffre d’affaires en 2020 de 191 millions de DH en chute de -53% à cause de lacrise sanitaire qui a provoqué la fermeture de plusieurs chantiers. En effet,cette crise a freiné l’élan initial impulsé par la mesure de sauvegarde quiavait permis de faire ressortir un résultat d’exploitation positif au premiertrimestre 2020. Ainsi, sur l’ensemble de l’exercice 2020, le résultatd’exploitation est ressorti à -73 millions de DH contre -138 millions de DH en2019. Aussi, le RNPG a atteint -66 millions de DH contre -60 millions de DH en2019.

Pour rappel, DLM avait sollicité et obtenu le 19 décembre auprès du Tribunal de Commerce de Casablanca, l’ouverture d’une procédure de sauvegarde, telle que prévue par le livre 5 du code de commerce. Cette demande a été engagée par DLM, à la suite des tensions de trésorerie qui ont négativement impacté les réalisations de l’exercice 2018 et l’activité du premier semestre 2019. A travers cette sauvegarde, DLM cherche la préservation des emplois, l’apurement du passif vis-à-vis de ses créanciers, la poursuite sans difficultés de ses projets, de ses activités commerciales, de fabrication et de montage dans le respect des délais impartis et conformément à la qualité exigée par ses clients, et la réorganisation de l’entreprise.

Aussi, DLM a indiqué prendre acte de la décision du Tribunal de commerce, mettant l’accent sur la poursuite de son activité.

DLM menacé de disparition !