Covid-19 : Des églises pas contentes au Cameroun

Certains réligieux s'en remettent à Dieu face au Covid-19 © Michael Runkel/robertharding/picture alliance Certains réligieux s'en remettent à Dieu face au Covid-19

Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale, menace de fermer ces églises de réveil qui tiendraient un discours aux antipodes du protocole gouvernemental dans la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Alors que le niveau de contamination à la Covid-19 est toujours à son pic, le gouvernement fustige le comportement de certaines églises de réveil qui rejettent les mesures barrières.

Une menace que bon nombre de ces "hommes de Dieu" n'ont pas digéré.

"Le Coronavirus est arrivé, vous avez fait quoi ? Vous avez décidé que les églises pentecôtistes n'existent pas. Vous avez donné des masques, des subventions à ceux là que vous croyez être des vrais hommes de Dieu, nous n'avons rien dit. Maintenant vous venez dire que c'est chez nous qu'on ne porte pas les masques. Sortez ce que vous avez à dire et vous allez rencontrer l'esprit de Dieu vivant. Nous attendons que vous preniez de bonnes résolutions", s'indigne Chantal Yologaza, évêque à l'église pentecôtiste.

Lire aussi →La double peine des proches des victimes de Covid-19 au Cameroun

"C'est un acharnement"

Le révérend pasteur Ndegue de l'église Salvation ministry international, estime que cette menace du gouvernement est certe salutaire pour les indélicats, mais s'apparente à un acharnement contre ces églises de réveil.

"C'est une bonne décision mais elle doit être revue. Pourquoi seulement les églises de réveil alors que dans certains ministères, supermarchés et marchés, on constate que le respect des mesures barrières est pratiqué en dessous de la moyenne. La décision, il faut l'appliquer partout ! On ne s'attaque pas à une institution divine parce que le faire, serait s'attaquer directement à Dieu", estime Le révérend pasteur.

Mais c'est après de nombreux constats que le gouvernement a tapé du poing sur la table.

L'année dernière, des enfants fréquentant une de ces églises de réveil, n'ont pas été acceptés aux examens officiels pour refus du port de masque.

Lire aussi →Ces personnalités africaines victimes de la Covid-19

L'église catholique approuve

Ces candidats ont dit vouloir respecter les directives de leurs pasteurs pour qui, le port du masque était satanique. D'autres hommes de Dieu vont même jusqu'à nier l'existence du coronavirus.

Dans l'église catholique qui est moins concernée, la nouvelle a plutôt été bien accueillie.

En dehors du respect des mesures barrières en cette période pascale, Monseigneur Petrus II, de l'église catholique orthodoxe, propose aux chrétiens, ce qu'il appelle "l'église domestique".

"Le ministre a le droit de dire aux hommes de Dieu de discipliner le peuple. L'église passe par une période très compliquée. Alors pour tous ceux qui ne peuvent pas aller à la messe, il existe ce qu'on appelle "l'église domestique" où les parents peuvent jouer le rôle d'un homme de Dieu", explique-t-il.

En attendant donc la mise en application de cette décision, la tension demeure entre le gouvernement et certaines communautés des églises de réveil.

Auteur: Elisabeth Asen

Covid-19 : Des églises pas contentes au Cameroun