Coupe du monde 2022: pour Kimmich, l’appel au boycott du Qatar arrive "dix ans trop tard"

Joshua Kimmich © ICON Sport Joshua Kimmich

La parole se libère de plus en plus à un an de la Coupe du monde au Qatar. Onze ans après s’être vu attribuer l’organisation du Mondial en 2022, le pays du Golfe est dans l’œil du cyclone. Pas sur un terrain de football mais sur celui des droits de l’homme. Depuis les révélations du quotidien britannique The Guardian sur les conditions de travail et les morts sur les chantiers des stades au Qatar depuis l'attribution de la compétition en 2010 (des chiffres contestés par le pays du Golfe), plusieurs nations ont envoyé un message fort en marge des rencontres de qualification pour la Coupe du monde. Parmi ces pays, l’Allemagne.

Jeudi avant le match face à l’Islande, les onze joueurs de la Mannschaft ont affiché sur leur torse les lettres "Human Rights" ("Droits de l'Homme") au moment des hymnes. D’autres équipes dont la Norvège, le Danemark et les Pays-Bas ont aussi fait un geste symbolique en marge de leur rencontre pour protester contre le non-respect des droits de l’homme au Qatar. Les Norvégiens ont même évoqué un possible boycott de la Coupe du monde s’ils sont qualifiés. Les dirigeants scandinaves trancheront au mois de juin.

"On aurait dû penser à boycotter à l’époque"

"Je pense que nous avons dix ans de retard pour boycotter la Coupe du monde, a réagi ce dimanche en conférende de presse le milieu de terrain de l’Allemagne et du Bayern Joshua Kimmich. Elle n’a pas été attribuée cette année mais il y a des années (en 2010). On aurait dû penser à boycotter à l’époque."

Pour le polyvalent joueur de la Mannchaft, il n’est cependant pas question d'abandonner les actions : "Maintenant nous devons saisir cette opportunité pour sensibiliser les gens, poursuit Kimmich. Mais comme je l’ai dit, cela ne dépend pas uniquement de nous, les footballeurs. Nous devons donc travailler ensemble et signaler les choses."

Coupe du monde 2022: pour Kimmich, l’appel au boycott du Qatar arrive "dix ans trop tard"