Birmanie: peinture rouge en hommage aux "martyrs", Moscou refuse de sanctionner le régime

Des Birmans versent de la peinture rouge au sol en hommage aux victimes de la répression, le 6 avril 2021, à Hpa-an, dans l'Etat Karen (sud) © Handout Des Birmans versent de la peinture rouge au sol en hommage aux victimes de la répression, le 6 avril 2021, à Hpa-an, dans l'Etat Karen (sud)

Des Birmans ont déversé mardi de la peinture rouge dans les rues contre la répression sanglante des forces de sécurité et exhorté la communauté internationale à intervenir, mais la Russie a, comme la Chine, rejeté toute idée de sanctions.

Des opposants au coup d'Etat en Birmanie saluent de trois doigts en signe de résistance, le 6 avril 2021, à Hpa-an dans l'Etat Karen (sud) © Handout Des opposants au coup d'Etat en Birmanie saluent de trois doigts en signe de résistance, le 6 avril 2021, à Hpa-an dans l'Etat Karen (sud)

570 civils - dont une cinquantaine d'enfants et d'adolescents - ont été tués en un peu plus de deux mois, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Le bilan pourrait être beaucoup plus lourd: plus de 2.700 personnes ont été arrêtées. Beaucoup, sans accès à leurs proches ou à un avocat, sont portées disparues.

Malgré cela, la mobilisation pro-démocratie ne faiblit pas, avec des dizaines de milliers de salariés en grève et des secteurs entiers de l'économie paralysés.

Pour échapper aux représailles et continuer à être entendus, les contestataires trouvent chaque jour de nouvelles parades.

Mardi, ils ont demandé à la population de déverser de la peinture rouge pour évoquer le sang des "martyrs tombés sous les balles" de l'armée et de la police. 

A Hpa-An, la capitale de l'Etat Karen (sud), des opposants au coup d'Etat en ont répandu sur une route, avant de rendre hommage aux victimes et de saluer à trois doigts en signe de résistance.

IMAGESDes manifestants du quartier de Launglon à Dawei, dans le sud de la Birmanie, manifestent contre le coup d'État militaire du 1er février. Des manifestants se sont rassemblés tôt le matin et ont allumé des bougies. La répression brutale par la junte militaire a déjà fait 543 morts parmi les civils, dont 44 enfants, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). © Fournis par AFP IMAGESDes manifestants du quartier de Launglon à Dawei, dans le sud de la Birmanie, manifestent contre le coup d'État militaire du 1er février. Des manifestants se sont rassemblés tôt le matin et ont allumé des bougies. La répression brutale par la junte militaire a déjà fait 543 morts parmi les civils, dont 44 enfants, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

"Ne tuez pas les civils pour un salaire aussi misérable que le prix de la nourriture pour chiens", a écrit en lettres rouge sang un protestataire sur un abribus de Rangoun.

D'autres ont imbibé des bouts de tissus de peinture avant de les jeter à un carrefour de la capitale économique. Un internaute a diffusé un tableau couvert de rouge, exhortant l'ONU à "venir en aide" au pays. 

- Divisions -

Mais la communauté internationale reste divisée. 

Les Etats-Unis, l'Union européenne et le Royaume-Uni ont sanctionné le régime.

La Russie, alliée traditionnelle de l'armée birmane, a, elle, rejeté mardi toute idée de mesures coercitives, les jugeant inutiles et à même d'entraîner un "conflit civil à grande échelle". Elle a également confirmé vouloir poursuivre sa coopération militaire avec le pays.

Birmanie: peinture rouge en hommage aux "martyrs", Moscou refuse de sanctionner le régime