Tchad : peu d'enthousiasme pour un scrutin présidentiel connu d'avance

Après 30 ans de règne du d’Idriss Déby Itno, le taux de participation est le seul enjeu du scrutin. Les électeurs se sont déplacés sans enthousiasme.

Une femme marque son bulletin de vote dans un isoloir installé dans un bureau de vote en bordure de route à N'djamena, le 11 avril 2021. © MARCO LONGARI/AFP or licensors Une femme marque son bulletin de vote dans un isoloir installé dans un bureau de vote en bordure de route à N'djamena, le 11 avril 2021.

C’était jour de vote au Tchad ce dimanche pour un scrutin présidentiel à sens unique.

Briguant un sixième mandat consécutif, le maréchal-président Idriss Deby Itno a exprimé sa satisfaction devant un bureau de vote de N’Djaména. "C'est à vous de dire ce qui se passe. Y avait-il un boycott hier ? Y avait-il un boycott aujourd'hui ? Les choses se passent calmement, sereinement et paisiblement dans un pays en paix et stable. Donc, il n'y a rien à craindre", a déclaré le maréchal-président.

Après 30 ans de règne d’Idriss Déby, le taux de participation est le véritable enjeu du scrutin.La Cour suprême a invalidé les candidatures de sept des 16 prétendants. Puis trois candidats, dont le rival "historique" Saleh Kebzabo, se sont retirés pour protester contre les violences et ont appelé au boycott, mais la Cour a maintenu leurs noms sur les bulletins de vote qui affichent donc 10 candidats.

Des soldats d'élite aux bérets rouges de la Garde républicaine, la redoutable garde prétorienne du régime, étaient positionnés samedi massivement aux endroits les plus sensibles. Des policiers et militaires étaient stationnés près des sièges des partis appelant au boycott du scrutin. Six seulement défiaient le président : Félix Nialbé Romadoumngar, Albert Pahimi Padacké, Théophile Yombombe Madjitoloum, Baltazar Aladoum Djarma, Brice Mbaïmon Guedmbaye et, première femme candidate de l'histoire du Tchad, Lydie Beassemda.

Tchad : peu d'enthousiasme pour un scrutin présidentiel connu d'avance