Brigitte Bardot s'en prend à Marie-Sophie Lacarrau après un reportage au JT

Brigitte Bardot a dénoncé la diffusion en janvier dernier au JT de TF1 d'un documentaire sur un abattage d'agneaux, égratignant sa journaliste Marie-Sophie Lacarrau au passage.

© JLPPA / Bestimage

Marie Sophie Lacarrau a fait «frémir d'horreur» Brigitte Bardot. Dans une lettre ouverte, l'ancienne actrice militante pour la cause des animaux a dénoncé un reportage qu'elle considère comme «intolérable», diffusé le 5 janvier sur TF1, le lendemain des débuts de la journaliste au JT de 13 heures de TF1 après le départ de Jean-Pierre Pernaut. Le reportage concerne l'abattage des agneaux mangés à Pâques par les catholiques. «On voyait en pleine nuit un horrible bonhomme armé d'une lampe frontale pénétrer dans le silence paisible d'une bergerie et choisir avec des coups de pied dans le corps quelques agneaux de lait qui dormaient auprès de leur mère» pour les «jeter sans ménagement sur le sol glacé» d'un camion, décrit la personnalité qui se rappelle d'«une vision d'enfer».

L'homme du reportage a répété ce protocole dans plusieurs fermes. «Avant un déchargement aux abattoirs, il est allé casser la croûte avec ses copains, une vulgarité qui faisait douter de l'humanité», a-t-elle insisté. «Ça m'a tellement choquée que trois mois après j'en parle encore», a-t-elle ajouté avant de s'en prendre à Marie-Sophie Lacarrau, qu'elle ne nomme pas, lui reprochant de montrer «quotidiennement» dans son JT, selon elle, des reportages sur des boucheries. «A croire qu'elle y touche un pourcentage».

L'agneau Pascal, une tradition catholique "douloureuse, inhumaine et scandaleuse"

«BB» a ensuite pointé du doigt l'agneau pascal, une tradition catholique qu'elle considère comme «douloureuse, inhumaine et scandaleuse» et qu'elle compare à la fête musulmane Aïd el-Kebir, «coutume barbare et sauvage» selon ses mots, où un agneau ou un mouton sont sacrifiés. «Un jour maudit (où) des milliers de moutons se voient égorgés les uns devant les autres, baignant dans leur sang, entourés de cadavres "décapités" et encore palpitants». Elle complète : «Les catholiques, horrifiés lorsque je leur parle de ça, sont tout autant responsables de la mort encore plus atroce de milliers de bébés tout chauds de leur dernière tétée, gémissant et pleurant d'effroi», insiste celle qui se considère comme «catholique croyante mais surtout pas pratiquante.»

Brigitte Bardot s'en prend à Marie-Sophie Lacarrau après un reportage au JT