Strategic Thinking Group : Le Maroc connait un déclin des libertés et des droits

© Fournis par Yabiladi

L'association Strategic Thinking Group (STG Center), considérée comme un réseau de réflexion, de communication et d'interaction entre les centres de recherche de la région arabe, a estimé dans un rapport récent que le Maroc connait un déclin des libertés et des droits. Elle a ajouté que le pluralisme dans le royaume ne reflète pas une véritable diversité politique.

L'Association Strategic Thinking Group (STG Center) a publié, cette semaine, son sixième rapport annuel sur la région arabe, dans lequel elle pointe un déclin des libertés et des droits au Maroc et évoque le pluralisme politique dans le royaume. Ainsi, sur la question liée au statut des droits et des libertés, STG Center a déclaré que le Maroc vit un déclin marqué, depuis l'approbation de la nouvelle Constitution lors d'un référendum populaire en 2011.

Elle ajoute que cela explique l'image négative que les rapports des organisations nationales et internationales de défense des droits de l'Homme peignent désormais la réalité des droits de l'homme dans le royaume, à la lumière d'un certain nombre d'indicateurs inquiétants sur un certain nombre de questions relatives aux droits de l'Homme. Pour soutenir son constat, l’association évoque ainsi l'exercice de la liberté de la presse et de la liberté d'opinion, en dénonçant une «détérioration inquiétante» de ces libertés. Elle cite ainsi les arrestations d'un certain nombre de journalistes et de militants connus pour leur critique audacieuse des politiques publiques, tout comme «le comportement des autorités marocaines à l'égard l'exercice des droits et libertés et l'avenir de la transition démocratique du pays».

Le rapport s’attarde ainsi sur l'arrestation du journaliste Soulaiman Raïssouni et «la campagne de dénigrement et de diffamation» lancée contre lui et qui avait «prédit son arrestation avant même l’éclatement de l’affaire», avant d’évoquer le cas d’Omar Radi et celui de Maäti Monjib.

«Il semble que le Maroc n’est plus très intéressé par ce que les organisations nationales et internationales des droits de l'Homme écrivent à son égard, sur les violations dans le domaine des droits et libertés. Le Maroc n'a jamais répondu aux appels internes et externes pour qu'il change la méthodologie de gestion du dossier des détenus du Hirak et des prisonniers d’opinion qu’il ne considère toujours pas comme des prisonniers politiques.»

Strategic Thinking Group

Strategic Thinking Group : Le Maroc connait un déclin des libertés et des droits