L'ambassadeur birman à l'ONU appelle au boycott de la junte

L'ambassadeur birman aux Nations unies Kyaw Moe Tun lève trois doigts en signe de protestation contre le coup d'État militaire dans son pays, devant l'Assemblée générale de l'ONU le 27 février 2021. © AP L'ambassadeur birman aux Nations unies Kyaw Moe Tun lève trois doigts en signe de protestation contre le coup d'État militaire dans son pays, devant l'Assemblée générale de l'ONU le 27 février 2021.

L'ambassadeur birman à l’ONU, Kyaw Moe Tun, avait le 26 février dernier surpris les diplomates des Nations unies en dénonçant la junte publiquement et délivré un message du CRPH, le comité représentatif du Parlement birman, sorte de gouvernement de résistance. Celui-là même qui s’organise contre les militaires qui ont renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi. Et l’ambassadeur est resté à New York pour mobiliser la communauté internationale à la cause du peuple birman.

Avec notre corrrespondante à New York,  Carrie Nooten

La première mission de l’ambassadeur Kyaw Moe Tun depuis New York est de continuer à s’assurer qu’aucun pays ne reconnaisse le pouvoir de la junte militaire qui arenversé le gouvernement civil le 1er février. Et pour l’instant, même la Chine, alliée traditionnelle de la Birmanie, n’a pas franchi le pas. 

En parallèle, pour affaiblir les généraux et leurs moyens déployés pendant les attaques contre lesmanifestants pacifiques, le CRPH vise à assécher les fonds, les revenus gouvernementaux que les militaires utiliseront pour se financer et il interpelle les banques et entreprises étrangères. Kyaw Moe Tun se félicite d’ailleurs qu’EDF ait suspendu son projet de barrage en Birmanie. 

« N’importe quelle circulation d’argent parvenant aux militaires doit être stoppée immédiatement. Total est encore en activité, le CRPH va contacter l'entreprise, comme il va le faire pour toutes les entreprises pétrolières et gazières. Elles ont besoin d’examiner leurs contrats, mais peuvent certainement compter sur la clause de force majeure. »

Pour l’ambassadeur Kyaw Moe Tun, ces actions peuvent être facilement organisées par plusieurs pays, et se révéler extrêmement efficaces, aussi handicapantes que dessanctions.

L'ambassadeur birman à l'ONU appelle au boycott de la junte