Lancement du réseau marocain d’intelligence artificielle

OncologieLe réseau marocain de Big Data et d’intelligence artificielle (IA) en oncologie a été créé, samedi à Rabat, lors d’une rencontre organisée par l’École nationale supérieure d’arts et métiers (ENSAM) de Rabat.Ce noyau dechercheurs multidisciplinaires a été créé lors de la «Première journéenationale sur l’intelligence artificielle en Oncologie», organisée sous formathybride par l’ENSAM de Rabat, en collaboration avec l’Institut de recherche surle cancer

© Présenté par

Oncologie

Le réseau marocain de Big Data et d’intelligence artificielle (IA) en oncologie a été créé, samedi à Rabat, lors d’une rencontre organisée par l’École nationale supérieure d’arts et métiers (ENSAM) de Rabat.

Ce noyau dechercheurs multidisciplinaires a été créé lors de la «Première journéenationale sur l’intelligence artificielle en Oncologie», organisée sous formathybride par l’ENSAM de Rabat, en collaboration avec l’Institut de recherche surle cancer (IRC), l’Université Euro- Méditerranéenne de Fès (UEMF), l’Equipe derecherche en oncologie translationnelle (EROT) et l’association Marocaine deFormation et de Recherche en Oncologie Médicale organisent (AMFROM).

Ce réseau va àl’adresse du patient marocain et du système de la santé pour une meilleureprise en charge des patients cancéreux, a expliqué le directeur de l’Institutde recherche sur le cancer, Karim Ouldim, dans une déclaration à la MAP.

Selon M. Ouldim,l’objectif est de fédérer les efforts de tous les intervenants dans le domainede la recherche et de l’innovation afin de mettre en place une stratégie et unplan d’action à travers une approche fédératrice de développement et departenariat public privé.

L’IA intervientdans tous les aspects de la prise en charge de la cancérologie, a-t-il faitobserver, notant qu’il s’agit aussi d’un outil «d’aujourd’hui et d’avenir»permettant une meilleure prise en charge des patients.

S’exprimant àcette occasion, le directeur de l’ENSAM-Rabat, Khalid El Bikri, a souligné quela thématique portant sur l’intelligence artificielle en oncologie revêt unintérêt majeur pour la recherche scientifique et tire son importance des enjeuxstratégiques du système de la santé au Maroc qui sont à la fois économiques etsociaux.

«L’influenceconsidérable de l’IA sur les différents sujets de lutte contre les cancerspousse la communauté scientifique à travailler la main dans la main», a relevéM. El Bikri.

En effet, l’IAest particulièrement attendue dans le domaine de l’oncologie et occupe uneplace très importante dans les stratégies de développement de plusieursnations, y compris le Maroc, a-t-il poursuivi, ajoutant que l’implication del’IA dans les différents secteurs, en particulier celui de la santé digitale,permet d’instaurer une politique publique moderne et efficiente pour ledéveloppement du secteur médical et aussi d’améliorer les soins et l’efficacitédes traitements et des diagnostics des maladies.

De son côté, levice-président de l’Université Euromed de Fès en charge de la coopérationinternationale et du partenariat, Salim Bounou, a noté, dans une déclarationsimilaire, que cette journée met l’accent sur l’utilisation de l’IA dans lesactivités de recherche et de développement relevant du domaine de lacancérologie.

«Il faut faireparler l’industrie pharmaceutique et lui donner la chance de s’exprimer dans cesecteur plus particulièrement», a-t-il souligné, mettant l’accent surl’importance de promouvoir l’IA dans le domaine de la santé.

Le président del’Association marocaine de recherche et de formation en oncologie médicale,Hassan Errihani, a relevé, de son côté, que la recherche est l’un des piliersmajeurs de la cancérologie et aussi l’un des leviers principaux del’attractivité du Maroc.

Pour levice-président de l’Université Mohammed V de Rabat, Ismail Kassou, l’IAs’intègre de plus en plus dans le domaine de la santé, et plus particulièrementen oncologie pour le traitement, le diagnostic et la prévention des différentespathologies.

«Actuellement,l’université Mohammed V de Rabat dispose d’une soixantaine de thèses dedoctorat ayant traitédes problématiques liées au cancer», a-t-il ajouté.

Au cours decette rencontre, une convention de partenariat a été signée entre l’ENSAM-Rabatet l’Université Mohammed VI des sciences de la santé, pour coordonner etcollaborer en matière de la réalisation de leurs travaux de recherche.

Lancement du réseau marocain d’intelligence artificielle