Botswana: l’ouverture de la chasse à l’éléphant ne fait pas l’unanimité

Des éléphants s'abreuvant dans le parc national de Chobe, au Botswana, le 3 mars 2013. © AP - Charmaine Noronha Des éléphants s'abreuvant dans le parc national de Chobe, au Botswana, le 3 mars 2013.

Si la pandémie de Covid-19 avait tiré un trait sur la saison 2020 de la chasse à l'éléphant, l'édition 2021 s'est ouverte mardi 6 avril à Gaborone, la capitale du Botswana. Le trophée, c'est près de 300 éléphants que des chasseurs venus d’Europe et des États-Unis tenteront de tuer. C’est la première saison de chasse complète au Botswana, pays qui abrite 130 000 pachydermes – soit le plus important contingent au monde –, depuis la levée d’une interdiction en 2019. Mais cette reprise ne fait pas l’unanimité.

Les autorités botswanaises ont délivré une centaine de permis de chasse pour l’année 2021, et 187 permis supplémentaires, provenant de la saison blanche de l’an dernier. Depuis l’ouverture de la nouvelle saison mardi 7 avril, des clients venus aussi loin que les États-Unis ont commencé à faire leur réapparition.

Un retour favorisé par l’assouplissement des restrictions de voyage et salué par les professionnels de la chasse, qui y voient un moyen pour les communautés locales de percevoir à nouveau des revenus. Le Botswana avait en effet interdit la chasse commerciale en 2014. Le nouveau président Mokgweetsi Masisi promet aujourd'hui que la chasse reprendra « de manière ordonnée et éthique ».

Mais certains défenseurs de la faune aimeraient avoir davantage d’assurances sur la façon dont sont établis les quotas de chasse avant de distribuer des autorisations de chasser. Bien que controversée, la chasse est considérée par de nombreux experts comme un moyen efficace de protéger la population locale, qui se plaint que les éléphants détruisent leurs récoltes. Plutôt que la chasse, d’autres défenseurs estiment qu’un meilleur outil de gestion est d’encourager la création de corridors de déplacement, notamment vers les pays voisins comme l'Angola, la Zambie et la Namibie.

► À lire aussi : Le Botswana autorise la chasse aux éléphants

Botswana: l’ouverture de la chasse à l’éléphant ne fait pas l’unanimité