Barrage sur le Nil: reprise des négociations à Kinshasa

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly (g) reçoit son homologue soudanais Abdalla Hamdok au Caire, le 11 mars 2021 © Selman Elotefy Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly (g) reçoit son homologue soudanais Abdalla Hamdok au Caire, le 11 mars 2021

L'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan ont repris dimanche à Kinshasa leurs négociations autour du méga-barrage éthiopien sur le Nil bleu, une centrale hydro-électrique présentée comme vitale par Addis Abeba et perçue comme une menace par Le Caire et Khartoum.

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi lors d'une vidéoconférence au One Planet Summit, à Paris le 11 janvier 2021 © Ludovic MARIN Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi lors d'une vidéoconférence au One Planet Summit, à Paris le 11 janvier 2021

"Ces négociations représentent la dernière chance que les trois pays doivent saisir pour parvenir à un accord", a affirmé le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, dans des propos aux médias égyptiens.

Cet accord doit permettre de "remplir et faire fonctionner le barrage de la Renaissance dans les prochains mois et avant la prochaine saison des pluies", a-t-il ajouté.

"La réunion de Kinshasa se fixe comme objectif de déclencher une nouvelle dynamique", a déclaré l'hôte de la réunion, le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, qui exerce aussi la présidence annuelle de l'Union africaine (UA) depuis février.

SONORE L'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan se retrouvent à Kinshasa pour reprendre leurs négociations concernant le méga-barrage éthiopien sur le Nil bleu, centrale hydro-électrique vitale pour Addis Abeba perçue comme une menace par Le Caire et Khartoum. Les ministres des Affaires étrangères des trois pays se sont retrouvés en présence du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, qui exerce la présidence annuelle de l'Union africaine (UA) depuis février. © Junior KANNAH SONORE L'Ethiopie, l'Egypte et le Soudan se retrouvent à Kinshasa pour reprendre leurs négociations concernant le méga-barrage éthiopien sur le Nil bleu, centrale hydro-électrique vitale pour Addis Abeba perçue comme une menace par Le Caire et Khartoum. Les ministres des Affaires étrangères des trois pays se sont retrouvés en présence du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, qui exerce la présidence annuelle de l'Union africaine (UA) depuis février.

"Je vous invite tous à prendre un nouveau départ, à ouvrir une ou plusieurs fenêtres d'espoir, à saisir toutes les opportunités, à rallumer le feu de l'espérance", a-t-il plaidé, saluant la volonté des participants de "chercher ensemble des solutions africaines aux problèmes africains".

L'ambassadeur des Etats-Unis, Mike Hammer, était également présent à l'ouverture des travaux de cette réunion qui doit prendre fin lundi.

Barrage sur le Nil: reprise des négociations à Kinshasa