RDC: des jeunes de Beni dénoncent l'inaction de l'armée face aux attaques

Eringeti, territoire de Beni, Nord Kivu, RD Congo. 5 décembre 2014 : Un militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). © MONUSCO/Abel Kavanagh Eringeti, territoire de Beni, Nord Kivu, RD Congo. 5 décembre 2014 : Un militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Excédés par la montée de violence dans la région de Beni, des dizaines de jeunes, à l’appel du groupe de pression d’un mouvement citoyen Véranda Mutshanga, ont parcouru environ 45 km à pieds à la recherche des combattants présumés ADF, soupçonnés d’être les auteurs des multiples attaques contre les civils et les forces armées de la RDC. Ces jeunes estiment que l’armée ne fait pas son travail. La justice populaire fait craindre des débordements.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Certains étaient munis de flèches, d’autres des gourdins. Au pas de course, ils avaient quitté Beni vendredi matin empruntant la dangereuse route nationale n°4 qui mène à la frontière ougandaise. Les manifestants sont passés par Semliki, Halungupa, Lume, Kisima, Kilia, et Mutuanga. Ils ont passé nuit à Bulongo. La plupart de ces agglomérations ont été la cible des plusieurs attaques sanglantes ces derniers mois.

Ces jeunes en colère sont revenus à Beni ce samedi matin. Selon eux, cette action avait pour objectif de dénoncer ce qu’ils appellent l’inefficacité des forces de l’ordre et de défense dans la région. Ils voulaient également, précisent-ils, montrer qu’ils prennent leur responsabilité puisque l’armée serait incapable d’assurer la sécurité de la région.

Depuis décembre 2020, l’ONU constate elle aussi une détérioration des relations entre civils et militaires dans la région. Cela se manifeste notamment par une augmentation des recours à la justice populaire contre des individus suspectés d’appartenir aux ADF.

Mais d’autres milices s’en prennent aussi à l’armée. Les forces armées sont enfin la cible de la population après chacune attaques des présumés ADF ou des Maï-Maï.

Selon le bilan de l’ONU, neuf soldats des FARDC ont péri dans la région depuis le début de l’année.

RDC: des jeunes de Beni dénoncent l'inaction de l'armée face aux attaques