GP d'Émilie-Romagne: Verstappen triomphe à Imola et résiste au numéro fou d'Hamilton

Max Verstappen, vainqueur à Imola © AFP Max Verstappen, vainqueur à Imola

On le pressentait depuis le début de la saison, mais c’est désormais une certitude. Max Verstappen a démarré avec une faim de loup et, surtout, une voiture à la hauteur de son ambition: détrôner Lewis Hamilton. Le Néerlandais l'a encore prouvé, ce dimanche à Imola, en s'imposant avec la manière lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne. Derrière la fusée Red Bull, Hamilton, un brin chanceux après une sortie de route, a réussi à maintenir sa Mercedes à la deuxième place et à devancer la McLaren de Lando Norris.

Dès le départ, rendu difficile par l'humidité sur la piste, Verstappen a donné le ton. Plus incisif, il a débordé son coéquipier Sergio Perez, passé à côté de son Grand Prix, puis a passé d’un rien Lewis Hamilton, pour prendre la tête en fin de premier tour. "Le Hollandais volant" s’est ensuite envolé, malgré une voiture de sécurité, grâce à un arrêt aux stands bien géré. Un spectaculaire accrochage entre George Russel et Valtteri Bottas, qui a provoqué l'interruption de la course au 34e tour, est venu ralentir sa marche tranquille vers la victoire.

Une frayeur au restart

Au restart, un petit quart-d’heure plus tard, Verstappen s’est en effet fait sa seule frayeur de la course : un début de tête à queue, mais sous voiture de sécurité, donc sans conséquences. Une fois le Grand Prix vraiment repris, en revanche, le Néerlandais n’a pas commis la moindre faute et a contrôlé la meute de bout en bout. Victoire nette et sans bavures, la onzième de sa carrière en Formule 1.

Derrière lui, la lutte pour le podium a été rendue intense de bout en bout par une erreur inhabituelle de Lewis Hamilton. Le septuple champion du monde, surpris par une portion trempée du circuit, est parti dans le gravier juste avant l’interruption. Le drapeau rouge l'a sauvé: l'interruption lui a permis de changer son aileron et de repartir en 9e position, non loin des hommes de tête. "Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait une erreur comme celle-ci", soufflait-il après l'arrivée. "Après, je ne pensais qu'à me rattraper et c'est ce que j'ai fait." Faisant ensuite parler la puissance de son moteur, le Britannique a croqué un par un ses adversaires, pour retrouver un podium inespéré.

Norris pilote du jour

Devant lui, seul Lando Norris a longtemps résisté, avant de céder à cinq tours du terme. Le Britannique de McLaren, pilote du jour, peut quand même se satisfaire d’un joli podium, lui qui partait 7e sur la grille, et d'une troisième place au classement des pilotes. La chevauchée d’Hamilton a par contre privé Charles Leclerc d’un top 3, alors que Ferrari semble avoir retrouvé des couleurs. Côté Français, on se satisfera de marquer des points, après un départ de Grand Prix complètement raté : Pierre Gasly a pris la 8e place et Esteban Ocon, la 10e.

L’autre conséquence de ce retour d’Hamilton, c’est que la prise de pouvoir de Verstappen, qui n’a jamais été en tête du championnat du monde, est retardée. Pour un petit point, celui du meilleur tour en course ce dimanche, le Britannique devance encore son cadet (44 points contre 43). Mais pour combien de temps ? Le Grand Prix de Portugal, dans deux semaines, devrait encore donner lieu à un affrontement trépidant entre le champion du monde en titre et son rival, qui n’a jamais semblé aussi en forme.

GP d'Émilie-Romagne: Verstappen triomphe à Imola et résiste au numéro fou d'Hamilton