Diplomates marocains #18 : Ben Othman Al Meknassi, l'historien-ambassadeur

© Fournis par Yabiladi

Dépêché par le sultan alaouite Mohammed III pour le représenter auprès du roi Carlos III d’Espagne, Mohamed Ben Othman Al Meknassi interviendra en pleine crise pour libérer un autre ambassadeur pris en otage à Malte. Histoire de l’un des ambassadeurs les plus célèbres dans l’histoire des relations hispano-marocaines.

En 1779, le sultan alaouite Moulay Mohammed Ben Abdallah, alias Mohammed III, dépêche en Espagne Mohamed Ben Othman (ou Ibn Uthmân) Al Meknassi en tant qu’ambassadeur plénipotentiaire. Objectif ? Négocier avec les représentants espagnols du roi Carlos III la libération des captifs musulmans, dont son propre prédécesseur, et conclure un traité de paix et de commerce entre les deux pays. Une mission que l’émissaire marocain mènera à bien, en parvenant à conclure le traité d’Aranjuez le 30 mai 1780 puis en signant plus tard le traité hispano-marocain du 1er mars 1799.

De l’Université Al Qarawiyyin à la première ambassade en Espagne

Mohamed Ben Othman est né à Meknès au milieu du 18e siècle dans une famille instruite où le père est déjà célèbre dans la ville en tant que Fqih et érudit. Le jeune meknassi poursuit alors son enseignement traditionnel dans la capitale ismailie, avant de se rendre à la prestigieuse université d’Al Qarawiyyin à Fès, pour approfondir ses études.

A Fès, le futur ambassadeur plénipotentiaire, grâce à son savoir et ses traits diplomatiques, devient le compagnon du fils du sultan Moulay Mohamed Ben Abdallah, «en particulier du prince Moulay Ali», rapporte l’enseignante-chercheuse Malika Ezzahidi dans son article «Le rachat des captifs musulmans à Malte en 1782, d’après le récit de voyage d’Ibn Uthmân Al-Meknassî» (Revue Cahiers de la Méditerranée, 2013).  C’est à partir de là qu’Al Meknessi se rapproche de la cour du sultan alaouite et devient ainsi, quelques années plus tard, secrétaire au palais de Moulay Mohammed III.

«Ben Othman s’est formé à l’école diplomatique de Sidi Mohammed Ben Abdallah ayant marqué les relations marocaines avec l’étranger. C’est dans ce contexte qu’il a fait preuve d’une conscience sans précédent concernant les besoins de cette époque et disposait de compétences», écrit l’historien marocain Mohamed Bokbot dans «Rihlat Al Meknassi». Des compétences qui «permettront à Ben Othman de devenir l’un des ambassadeurs les plus marquants à l’époque et expliqueront pourquoi il sera choisi par Moulay Yazid et Moulay Slimane pour mener d’autres missions», poursuit-il.

Le sultan alaouite Moulay Mohammed Ben Abdallah. / Ph. DR

Diplomates marocains #18 : Ben Othman Al Meknassi, l'historien-ambassadeur